1936-02 Alerte, paysans [Nicolitch]

Source : Suzanne NICOLITCH, « Les élections aux Chambres d’agriculture. Alerte, paysans », Le Populaire, 8 février 1936.

Le « Populaire » du 21 janvier portait en première page cet avertissement nécessaire :« Camarades paysans, attention ! ». Quelle coïncidence ! je venais justement de parcourir avec soin le dernier bulletin de « L’Agriculteur du Sud-Est » et me proposais d’en tirer un parti utile, je le crois.
« L’Agriculteur du Sud-Est » journal bi-mensuel pour l’instruction, l’éducation, l’information, la récréation du paysan, est fourni gratuitement aux cultivateurs adhérents aux syndicats agricoles du Sud-Est. Entendons-nous sur ce mot : syndicat.
Il s’agit en l’occurrence d’une vague association corporative où les paysans se contentent de faire nombre dans l’espoir d’acheter moins cher : machines, semences et engrais que leur fournit cette organisation dirigée ouvertement ou en tapinois par les hobereaux réactionnaires du Sud-Est, d’accord avec les firmes d’outillage et d’engrais.
Qu’on en juge : ce numéro du 26 janvier est consacré entièrement à la préparation des élections aux Chambres d’agriculture qui auront lieu le 9 février. Il faut croire que MM. De Monicault, de Pondus, Garcin et « tutti quanti » attachent une grosse importance à cette consultation électorale. C’est qu’il s’agit de lutter en effet contre la pénétration socialiste et communiste dans les campagnes.
Ne croyez pourtant point que les rédacteurs du bulletin du Sud-Est avouent « faire de la politique ». Oh ! que non ! Ils sont vous vous en doutiez bien « sans-parti » « sans intérêts particulier » « sans passion partisane » ! Et c’est dans « un esprit d’indépendance totale à l’égard des partis » qu’ils sollicitent les suffrages des paysans pour des réactionnaires avérés : M. de la Chaisserie, M.Ferney de Monjex, etc.. .etc…
Il va sans dire qu’aucun nom de « gauche » ne figure dans la liste. Le « Bulletin du Sud-Est » qui n’a pas la conscience tranquille tente jésuitiquement de parer l’objection. Les candidats qu’il propose, dit-il, sont les seuls dont les noms « lui soient parvenus ». Le « Bulletin du Sud-Est est donc sans-parti mais (page 50) vous y trouvez une charge contre la Russie soviétique. Il paraît que la « production agricole russe dirigée par des irresponsables a diminué dans d’énormes proportions » !
À la page 49, la classique manœuvre contre les services publics et les fonctionnaires : « car le développement des services publics nous conduit tout droit à l’état totalitaire socialiste ou communiste » gémit M. Garcin.

Leur programme

« II n’y a — affirme gravement le président Garcin — ni produits de droite, ni produits de gauche ; il n’y a que des produits qui ne se vendent pas ». Tout beau, M.Garcin. S’il n’y a ni « produits de droite, ni produits de gauche », il y

Le parti et le pouvoir… 161
a une technique économique défendue par la réaction, laquelle s’oppose à un système économique de rénovation agricole proposé inlassablement par notre Parti socialiste.
Patience ! Les paysans commencent à comprendre que ce n’est point en abaissant le niveau de vie des travailleurs, ouvriers ou fonctionnaires, qu’il vendra mieux ses produits.
Mais continuons notre analyse !
Les revendications générales exprimées par l’organe du Sud-Est se résument en quatre mots : famille, patrie, religion, propriété.
Vous voilà fixés ! c’est le programme du colonel-comte Casimir. C’est le programme de M. d’Halluin dit Dorgères. Comme le chante Maurice Chevalier :

Quand un vicomte
Rencontre une aut’vicomte
Ce qu’ils se racontent
Des histoire’s d’vicomtes !

Le relèvement de la natalité apparaît au « Bulletin du Sud-Est » comme l’un des remèdes les plus efficaces contre la crise. « Pendant 14 ans au moins, l’enfant est un consommateur sans être un producteur ».
Commerçants menacés de faillite, ouvriers en chômage, paysans ruinés, vous savez maintenant ce que vous avez à faire : des enfants. Et si, 14 ans après, notre terre surpeuplée se débat dans des difficultés économiques multipliées vous viendrez demander raison au « Bulletin du Sud-Est ».

Leur tactique

Mais voilà qui est plus grave et doit être rapproché du plan Dorgères dévoilé par « le Populaire » du 31 janvier.
Messieurs les hobereaux ont décidé de mettre sur pied ce qu’ils appellent des « élites professionnelles » qui entreront dans les syndicats agricoles « pour y jouer un rôle prépondérant ». Il est recommandé aux humbles culs-terreux d’être « accueillants pour leurs initiatives même si elles leur semblent hardies ».
Oh ! Oh ! Voilà qui nous paraît d’autant plus louche qu’à la page suivante nous est tout justement relatée (toujours sans faire de politique) la réunion organisée par le Front paysan à Montrond (Loire). Nous y apprenons que M. Leroy-Ladurie a fait de l’ironie sur le désarmement des ligues : que M. Mathé a attaqué les institutions parlementaires et que M. Dorgères « le libéré des prisons d’Amiens » [sic] a été accueilli par de longs applaudissements ».
Et puis, tout discrètement, dans les dernières pages, bous trouvez les indications nécessaires relatives à la composition du Front paysan constitué par le Comité d’action paysanne, le parti agraire et les comités de défense paysanne de Dorgères.
Comme l’Union nationale des syndicats agricoles fait elle-même partie du comité d’action paysanne lequel adhère au Front paysan, c’est bel et bien sous le drapeau de Dorgères que le « Bulletin du Sud-Est » enrégimente les! cultivateurs.
Nous sommes prévenus : ces pseudos-conférenciers que délégueront les pseudo-élites professionnelles auprès des paysans ne seront que autres que les mandants : les « missi dominici » du sieur d’Halluin dit Dorgères.
À vous camarades paysans de voter contre tous candidats présentés par les j associations dirigées par des agriculteurs aux mains blanches. Répondez comme il convient aux de Vogue, de Monicault, Garcin et autres…
Votez pour les candidats de votre classe ! Et adhérez à la Confédération nationale paysanne qui lutte aux côtés de vos frères ouvriers.

Publicités

Une Réponse to “1936-02 Alerte, paysans [Nicolitch]”

  1. Chronologie de la Gauche révolutionnaire (1935-1938) « La Bataille socialiste Says:

    […] 1936-02 Alerte, paysans [Nicolitch] […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :