1937-05 Travailleurs, organisez et faites valoir votre force! [POUM]

Paru dans La Batalla du 1°mai 1937

Voici deux jours que la classe ouvrière monte la garde. Les ouvriers des fabriques et des ateliers viellent nuit et jour sur le sort de la révolution que le réformisme boiteux a mis en danger. Ils ne sont ni des incontrôlés, ni des provocateurs. Ce sont les mêmes ouvriers que ceux qui, le 19 juillet, se lancèrent dans la rue. Ce sont des sentinelles conscientes qui veillent sur l’arrière.

L’arme au bras, ils veillent parce que la classe ouvrière a épuisé sa patience. Ils sont las d’une pareille  politique d’hésitation, des gouvernements en carton reposant sur des compromis impuissants. Des profiteurs de la révolution. Du sabotage prémédité du front d’Aragon. Des désastres militaires. De la tolérance envers les fascistes embusqués. Des continuelles provocations de la réaction.

Nous n’avons aucune confiance dans les gouvernements. C’est pour cela que nous veillons dans la rue. C’est pour cela que nous ne pouvons tolérer qu’au nom de quelques sacrifices pour la guerre, on veuille poignarder la révolution dans le dos.

(…) Nous ne pouvons tolérer que les miliciens du front d’Aragon soient mutilés et mal alimentés, tandis qu’à l’arrière, on vit dans un libertinage abrutissant. Si Valence nous refuse l’argent pour notre alimentation, si nous ne pouvons ravitailler en vêtements et en aliments ceux du front, nus sommes prêts à dévêtir les bourgeois au milieu de la rue et à saccager les cabarets, les restaurants de luxe et les magasins des accapareurs.

(…) Mais notre action ne peut se transformer en un mouvement sporadique, en un « putsch » de suicide, qui mettrait en danger la marche triomphale de la classe ouvrière. Action de groupes seulement? Non. Action de tous les travailleurs, avec un programme concret et une conscience claire des nécessités et des possibilités du moment.

Et pour cela, Front ouvrier révolutionnaire, formé par les partis et organisations prolétariennes (…)

Et un gouvernement qui soit l’expression de tous les travailleurs et ceux qui luttent, un gouvernement ouvrier et paysan, élu démocratiquement par les ouvriers, les paysans et les combattants.

Une armée ouvrière, un ordre ouvrier et un gouvernement ouvrier.

Le Comité exécutif du POUM

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :