1937-06 A propos du deuxième discours de Luna-Park [Zyromski]

Éditorial de Jean Zyromski dans L’Espagne socialiste N°6 (juin 1937).

Dans le premier discours de Luna-Park, celui de septembre 1936, Léon Blum estima nécessaire de « justifier » la politique de non-intervention inaugurée le 8 août 1936. A ce moment, Blum pensait que cette solution était la meilleure, étant donnée la conjoncture politique nationale et internationale, pour les intérêts de la République espagnole et de la Paix. Nous n’étions pas de son avis parce que la non-intervention comportait ce vice fondamental qui a, dans la suite, entraîné des conséquences de plus en plus dommageables pour la République espagnole, de placer sur le même plan un gouvernement issu de la souveraineté populaire et des généraux factieux soutenus par le fascisme international.

Et puis, dès ce moment-là, nous savions que la « non-intervention » jouait à sens unique CONTRE le gouvernement républicain, du fait de l’attitude cynique des États fascistes. Or, sur ce point décisif, Blum se trompait gravement; quand en septembre 1936, à Luna-Park, il proclamait qu’aucune preuve, aucune présomption même, n’existait de la violation de l’accord de Londres, son erreur provenait d’une singulière méconnaissance des caractères de la politique du fascisme international. La guerre d’Espagne était bien la CHOSE du fascisme international.

Croire à la neutralité possible des Etats fascistes dans ce conflit, pour les associer à une politique de non-intervention mutuelle, solidaire, simultanée, était une illusion lourde de conséquences.

L’erreur d’aiguillage initial produit aujourd’hui tous ses résultats. Il n’est pas possible que notre camarade Blum ne le sente point avec force.

Est-ce cette sensation qui explique le silence du deuxième discours de Luna-Park sur les affaires d’Espagne?

En effet, la courte allusion à la paix maintenue comme elle doit l’être dans le respect des intérêts essentiels du pays est trop insuffisante pour pouvoir être considérée autrement; d’ailleurs, la formule renferme une certaine équivoque. Elle ne met pas en relief la notion de solidarité et de l’interdépendance des peuples. J’aurais voulu plus de précision dans le sens de l’internationalisme prolétarien qui se différencie si complètement du socialisme abstrait, absolu, inconditionnel.

Quoi qu’il en soit, le contraste est significatif entre le premier et le deuxième discours de Luna-Park.

Et pourtant, Blum possède au plus haut degré les qualités de courage intellectuel comme de courage physique d’ailleurs.

Mais, au fur et à mesure que la « non-intervention » se révélait impuissante à atteindre les objectifs que lui assignaient ses promoteurs, au fur et à mesure qu’elle produisait des résultats exactement CONTRAIRES à ceux que l’on attendait: reconnaissance de Franco par les Etats fascistes, intensification du ravitaillement en matériel de guerre par l’Allemagne et l’Italie, multiplication des incidents maritimes le long des côtes de la péninsule ibérique, intervention directe des puissances fascistes de plus en plus caractérisée se transformant en agression ouverte, la contradiction la plus flagrante se révélait entre les règles de politique internationale affirmée à plusieurs reprises par le Gouvernement de Front Populaire et les pratiques concrètes suivies dans sa politique espagnole, or Blum a trop de rectitude logique dans l’esprit pour ne pas sentir encore cela fortement.
Que répondre en effet à de Brouckère quand celui-ci écrit dans le Peuple de Bruxelles:

« CE QUI DEVAIT ARRIVAIT SE PRODUIT: IL NE SE PASSE PLUS UN JOUR SANS ÉVÈNEMENT GRAVE: NAVIRE DE COMMERCE COULE PAR QUELQUE MINE PLACÉE EN DÉPIT DES TRAITES, BÂTIMENT DE COMMERCE COULE PAR CEUX-LA MÊME QUI DEVAIENT ASSURER LA NON-INTERVENTION, « CONTRÔLEURS » BOMBARDANT LES VILLES QUAND ILS DEVAIENT PRÉVENIR LES LIVRAISONS D’OBUS, CHACUNE DES DISPOSITIONS D’ACCORDS DE NON-INTERVENTION DEVIENT, A TOUR DE RÔLE, OU UNE RÈGLE VIDE DE SENS ET DE RAISON OU UN MOYEN D’INTERVENIR POUR LES AGRESSEURS, UNE SOURCE NOUVELLE D’IMPUISSANCE POUR CEUX QUI DEVAIENT ASSURER LA PAIX. »

Tout ce que l’on a tenté depuis des mois dans le sens de la « non-intervention » s’est effondré lamentablement. Les événements d’Ibiza et d’Almeria démontrent l’impossibilité d’un « contrôle » exercé par des États belligérants. Le « contrôle » facilite leurs opérations navales. Le « contrôle » garantit et protège les « actes de guerre ». Le « contrôle » empêche la défense républicaine, entrave les opérations de la flotte gouvernementale.

Quand voudra-ton comprendre et retenir les leçons d’expériences répétées?

Au retrait des combattants non espagnols sur les fronts de terre, il faut maintenant ajouter, si l’on veut mettre un terme à l’intervention fasciste, le retrait des unités navales allemandes et italiennes de la Méditerranée.

Seulement, avec l’orientation des négociations en cours, on tourne le dos à ces mesures. Bien plus, les fameuses « zones de sécurité » vont être p[our] les flottes du fascisme des points d’appui sûrs, des baies à l’abri de toutes opérations militaires. Vraiment, c’est complet! Toutes les sanctions, ÉCONOMIQUES ET MILITAIRES, sont organisées et dirigées contre l’Espagne républicaine.

Encore une fois, il n’est pas possible qu’une telle contradiction flagrante entre les déclarations officielles de Léon Blum à Genève et les actes de son Gouvernement, entre les principes constitutifs du pacte de la S.D.N. et la réalité diplomatique, ne finissent par frapper le Parti!

Pour masquer cette contradiction, le « Silence » de Luna-Park est insu[ffi]sant. Au contraire il la souligne.

Jean ZYROMSKI.

medaille-jeunes-sfio-espagne

Publicités

Une Réponse to “1937-06 A propos du deuxième discours de Luna-Park [Zyromski]”

  1. Le Comité d’Action Socialiste pour l’Espagne en 1937 « La Bataille socialiste Says:

    […] A propos du deuxième discours de Luna-Park [Zyromski] (06-1937) […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :