1937-11 Ouvrez la frontière ! [Zyromski]

Article paru dans la Tribune libre du Populaire, 4 novembre 1937.

Depuis quinze mois, sans trêve, sans relâche, sans répit, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour agir sur le gouvernement de Front populaire.
Et la situation ne se modifie pas, ne se rectifie pas, elle s’aggrave.
La frontière terrestre des Pyrénées reste fermée. Sait-on ce que cela signifie ? Depuis l’effondrement, qu’il fallait pré¬voir, du front nord, effondrement qui est la conséquence inévitable de la chute d’Irun en septembre 1936 (manque de nunitions : celles-ci arrêtées sur le territoire français en raison de la « non-intervention » interdisant même le transit), de celle de Bilbao (manque d’aviation de chasse par suite de l’interdiction du stationnement des avions sur les aérodromes français), toutes les forces de Franco sont maintenant disponibles pour une offensive soit sur le front du centre, soit sur le front de l’est. Gomment tenir encore, tenir une fois de plus, contre les troupes et le matériel du fascisme international ? Certes, il y a une armée républicaine organisée, qui a fait ses preuves, mais des batailles de cette ampleur nécessitent un ravitaillement continu en matériel et en munitions qui dépasse — et de beaucoup — la capacité de production industrielle de l’Espagne républicaine. Il a des réserves qui attendent toujours l’armement adéquat pour entrer en ligne.
Or, le ravitaillement par mer, qui, malgré des aléas, des risques, des difficultés énormes, a pu fonctionner (ce qui a permis à l’Espagne républicaine de tenir jusqu’à présent), va être coupé. Les nouvelles nous apprennent que les unités navales rebelles qui stationnaient dans la mer cantabrique, pour arrêter les secours à destination de Bilbao, Santander, puis de Gijon, de Musel, d’Aviles, vont rejoindre la Méditerranée.
Appuyée sur les Baléares, avec le concours des sous-marins « inconnus », des hydravions également « inconnus », la flotte fasciste va essayer le blocus des côtes de Motril à Port-Bou.
L’ouverture de la frontière est une nécessité urgente. Le territoire français est le vrai territoire de transit pour l’Espagne. Ouvrez la frontière !

Et je précise : que l’on veuille bien fermer effectivement la frontière de la Navarre et du pays basque. Car, et ceci est particulièrement scandaleux, le trafic pour Franco s’est toujours exercé de ce côté, malgré les protestations multiples; des organisations politiques et syndicales.
Depuis quinze mois, on attend, on ajourne, on promet. Toutes les négociations se traduisent en fait par des coups portés à l’Espagne républicaine, traitée en paria, exclue du bénéfice du droit commun international.
Non, il ne nous est pas possible de contenir une indignation plus que justifiée; nous avons voulu « comprendre », rester « objectif »; nous avons dominé souvent l’expression de nos sentiments les plus intimes, les plus chers. Aujourd’hui, ce n’est plus possible; nous ne raisonnons pas hors du temps et de l’espace; il y a une politique qui continue et qui compromet les intérêts de la paix, de la démocratie, du socialisme, de la France et de l’Internationale.
Aucune considération ne nous en fera complice.

Publicités

3 Réponses to “1937-11 Ouvrez la frontière ! [Zyromski]”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen Linken - eine Auswahl « Entdinglichung Says:

    […] El club de fútbol EL JÚPITER (2004) * Theses of the Workers Opposition (1921) * Jean Zyromski: Ouvrez la frontière ! (1937) * Boris Souvarine: Préface à ‘Cours nouveau’ de Trotsky […]

    J'aime

  2. Poumarama « Poumista Says:

    […] El club de fútbol EL JÚPITER (2004) * Theses of the Workers Opposition (1921) * Jean Zyromski: Ouvrez la frontière ! (1937) * Boris Souvarine: Préface à ‘Cours nouveau’ de Trotsky (1924) * Max Shachtman: The […]

    J'aime

  3. Le Comité d’Action Socialiste pour l’Espagne en 1937 « La Bataille socialiste Says:

    […] Ouvrez la frontière! [Zyromski] (11-1937) […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :