1945-04 Thorez dissout les Jeunesses communistes [OCR]

A Lille les 3 et 4 mars 1945 les représentants de la direction des « Jeunesses Communistes » ont fait voter une résolution demandant la dissolution – non de la police fasciste – mais des « Jeunesses Communistes ». Cette résolution aurait entraîné « l’unanimité enthousiaste » des Congrès régionaux (« Avant-garde » du 23. 3).

La dissolution aura donc lieu au Congrès National d’avril. Après la dissolution officielle de l' »Internationale Communiste » et de l' »Internationale de la Jeunesse Communiste » (Moscou, mai 1943),après la dissolution des « PC » de Pologne (1936) et des Etats-Unis, c’est la dissolution des « JC » en France. Et Thorez a également annoncé la dissolution du PCF dans un « Parti Ouvrier Français ».

Depuis longtemps l' »Avant-garde » n’était plus que le « journal des Jeunes » ou des « Jeunes Français », qu’ils soient apprentis banquiers, policiers ou prolétaires. Si « L’Avant-garde a pour but de défendre et de faire prospérer la patrie capitaliste il n’y a évidemment pas besoin de JC.

Au moment d’être fusillé en 1942, le FTP Louis BLONCOURT (18 ans) écrivait à ses parents :
« J’ai compris combien la structure sociale actuelle était monstrueusement injuste … je garde la certitude que le monde capitaliste sera écrasé, que l’ignoble exploitation cessera. Pour cette cause sacrée, il m’est moins dur de donner ma vie. »

Louis BLONCOURT était un jeune communiste. Ses chefs staliniens l’ont envoyé à la mort pour la défense de la patrie capitaliste pour « libérer la France », en lui promettant à voix basse la Révolution pour plus tard. Maintenant ils se vantent auprès de la bourgeoisie des 16 000 communistes qu’ils ont fait ainsi fusiller et ils demandent qu’on les récompense avec des places et des grades.

Mais les survivants et les nouveaux venus commencent à comprendre le mensonge stalinien.
Il n’y a pas eu de « libération nationale », parce que le capital est le même partout, il affame les ouvriers et les pousse au massacre.

LES JEUNES COMUNISTES CONTRE LEUR DIRECTION.

C’est pourquoi les jeunes communistes « ont constamment à la bouche le mot de Révolution » comme dit Thorez. Ils sont « gauchistes » comme on les en accuse. Ils ne sont pas d’accord avec « la ligne » et la direction.

Dès l’occupation, dans plusieurs régions, des fractions des JC rompaient avec le stalinisme. Il y a peu de temps les JC de Lyon éditaient l’Internationale avec le couplet des généraux, malgré l’interdiction de la direction. Le Parti lui-même est menacé de scission.

Partout les militants se souviennent que « communisme », cela veut dire fidélité au Manifeste Communiste, à Marx – Engels, à Lénine, à la Révolution d’Octobre qui a détruit non le tsarisme (qui était déjà détruit depuis février), mais la République « démocratique » bourgeoise de Kerenski.
« Communisme » cela veut dire : pas de défense nationale dans les pays capitalistes ; fraternisation de tous les prolétaires et honte au chauvinisme ; transformation de la guerre impérialiste en guerre civile ; dictature des conseils d’ouvriers, de soldats et de paysans.

LE STALINISME C’EST L’ANTICOMUNISME.

La politique du PCF, avant comme après la « libération », c’est l’exploitation accentuée pour la production de guerre, l’armement de la réaction et le désarmement des ouvriers, la collaboration avec les patrons et la participation à leur gouvernement.

Cette politique du PCF, c’est celle de toutes les directions staliniennes du monde. Thorez n’est que le valet de Staline, Staline n’est que l’agent principal de la nouvelle bourgeoisie russe reconstituée depuis des années par la contre-révolution. Cette bourgeoisie concentre entre ses mains le Monopôle d’Etat de la production, vit dans le luxe et exploite le prolétariat ouvrier et paysan.

Voilà pourquoi les chefs « communistes » ont trahi : le stalinisme c’est l’anticommunisme.
Aujourd’hui on exclut les « gauchistes » du Parti et des JC. Les JC toutes entières devenant « gauchistes », on les dissout, en essayant de créer un mouvement de la jeunesse unique du type fasciste. C’est le commencement de la répression. Demain, les chefs staliniens essaieront de faire assassiner les « gauchistes », les communistes révolutionnaires.

Camarades !

Ne vous laissez pas embrigader dans de nouveaux « Front Patriotiques », « FUJ », FUJP3, « UPOJ3, avec les Jeunes bourgeois de l’OCM et autres pour prolonger l’ignoble exploitation et la guerre des capitalistes.

Contre la guerre impérialiste !
Pour la Révolution Prolétarienne !
Pour la République ouvrière internationale !

A BAS THOREZ ! VIVE LENINE !

En avant pour les Jeunesses Communistes Révolutionnaires !
En avant pour la construction de la nouvelle Internationale Communiste !

Les COMMUNISTES REVOLUTIONNAIRES.


%d blogueurs aiment cette page :