1948-04 La question russe [Castoriadis & Lee-Boggs]

Résolution présentée par Bergson (Grace Lee, de la tendance Johnson-Forest) et Chaulieu (Castoriadis) au Congrès de la IV° Internationale. Il est à noter que par une déclaration commune, les minorités (la section espagnole de Munis, les tendances Chaulieu et Gallienne du PCI, Schachtman, le groupe Octobre d’Indochine…) ne reconnurent pas cette assemblée comme Congrès mondial de la IV° Internationale.

1

La théorie de la Russie comme “État ouvrier dégénéré”, en identifiant la nationalisation de la propriété avec les rapports de production socialistes, en considérant cette nationalisation comme “progressive”, indépendamment du pouvoir économique et politique du prolétariat et en assignant au prolétariat russe et mondial comme tâche primordiale ou essentielle la défense de cette propriété nationalisée, non seulement constitue un abandon de points essentiels du marxisme révolutionnaire (sur l’Etat, sur le contenu des rapports de production, sur la notion même de l’Etat ouvrier), non seulement elle altère le programme de la révolution socialiste, mais a pour résultat de retrancher de la révolution socialiste mondiale une partie essentielle du prolétariat international.

2.

La conception selon laquelle la révolution russe a besoin de la stimulation du prolétariat venant de l’extérieur de la Russie ou que la révolution russe n’est pas une révolution sociale est un aveu de l’incapacité d’analyser les rapports de production de classe en Russie, et l’existence dans l’économie russe du même antagonisme fondamental que dans l’ensemble de la société contemporaine : la contradiction entre les forces productives et les rapports de production, l’incompatibilité entre la production sociale et l’appropriation de classe.

3.

Les rapports de production en Russie sont des rapports d’exploitation basés sur l’expropriation totale, économique et politique, du prolétariat et l’appropriation complète du capital par la bureaucratie dominante. C’est ce caractère de classe des rapports de production qui détermine le caractère de classe des rapports de répartition. C’est également le caractère de classe des rapports de production, dont la nationalisation constitue l’expression adéquate, qui détermine le caractère de l’Etat russe, État totalitaire instrument d’oppression contre le prolétariat.

4.

Dans les pays du « glacis », le processus d’assimilation structurelle à la Russie qui commença depuis la chute du nazisme s’approfondit de plus en plus et tend à embrasser les forces essentielles de la vie économique, politique et sociale. Ce processus signifie fondamentalement l’extermination des couches bourgeoises dominantes auparavant, leur remplacement par la couche bureaucratique stalinienne et le maintien du prolétariat dans les cadres d’un régime d’exploitation complète et d’une oppression totalitaire.

5.

La tâche fondamentale du prolétariat qui se trouve sous la domination stalinienne n’est pas la « défense inconditionnelle » de la propriété nationalisée, mais le renversement des rapports de classe existant dans tous ces pays, l’établissement du pouvoir propre des masses armées, sur le terrain économique comme sur le terrain politique, et l’expansion des forces créatrices du prolétariat lui-même comme une force économique. De cette tâche résulte la nécessité de la politique du défaitisme révolutionnaire pendant la guerre dans l’ensemble de ces pays (Russie et pays du « glacis ») et partout où l’armée russe avance. La tâche du renversement du régime d’exploitation dans ces pays ne peut pas être confiée à la lutte « nationale » ou « démocratique », mais repose uniquement sur le prolétariat luttant pour la révolution socialiste et conduisant les autres couches de la population exploitée.

Voir aussi:

Publicités

6 Réponses to “1948-04 La question russe [Castoriadis & Lee-Boggs]”

  1. Aubert Says:

    Schachtman ne décrivait l’URSS comme un capitalisme, mais comme un « collectivisme bureaucratique ».

    Je crois que c’était aussi tout au début (47-48), la position de Castoriadis.

    D’ailleurs le texte ci-dessus parle d’exploitation, d’oppression, de régime totalitaire et jamais explicitement de capitalisme d’Etat ou pas.

    Il serait intéressant de tirer le bilan des diverses théories capitalistes d’Etat à propos de l’URSS.

    Si elles ont satisfaits le désir de radicalité de quelques uns ou d’opportunisme pour d’autres, quel est leur validité aujourd’hui?

    Bref, en quoi ont-elles servi les révolutionnaires socialistes?

    Pour mémoire, ce congrès de la IVème d’après-guerre ne fut reconnu comme tel par Munis etc…la petite tendance française dont est issue aujourd’hui Lutte ouvrière n’y fut pas invitée car elle refusa la fusion dans la confusion avec les trois autres groupes totskystes français.

    Cette tendanc fut originale, par son internationalisme et son défaitisme pendant la seconde guerre mondiale, et joua un rôle dans la greève Renault de 1947, et refusa de considérer comme « ouvriers » les démocraties populaires, la Yougoslavie et la Chine, puis Cuba.

    Ces pays n’ayant pas connus de révolution prolétarienne ce qui me semble évident.

    J'aime

  2. lucien Says:

    Le « capitalisme d’Etat »
    Il y a le livre de Cliff qui aborde, de son point de vue, les nuances entre collectivisme bureaucratique, capitalisme bureaucratique, capitalisme d’État. Quelques soient les nuances il s’agit de refuser de désigner comme « socialisme » le système stalinien, fut-ce un socialisme « dégénéré », par fétichisme de la forme juridique de la propriété, mais d’y voir la persistance de l’exploitation et de l’extorsion de plus-value au profit de la bureaucratie. Si quelqu’un nous met au point une meilleure formule pourquoi pas, l’important c’est l’idée de fond: à l’Est fallait-il juste changer la direction ou fallait-il changer le système avec une vraie gestion ouvrière de la production?
    Ces questions ne sont plus importantes? Parce que le trotskysme est la seule forme numériquement organisée à l’extrême-gauche française? Pourtant tu dois savoir que quasiment tous les trotskystes anglais sont « capitalistes d’État » par exemple. Faut-il proposer aux jeunes une version « redressée » de l’expérience russe ou tout autre chose? Si le trotskysme nous avait convaincu sur ce point, la Bataille socialiste n’existerait pas… D’ailleurs quand Trotsky écrit dans La Révolution trahie que «  La première concentration des moyens de production entre les mains de l’Etat que l’histoire connaisse a été accomplie par le prolétariat au moyen de la révolution sociale et non par les capitalistes au moyen des trusts étatisés. Cette brève analyse suffit à montrer combien sont absurdes les tentatives faites pour identifier l’étatisme capitaliste et le système soviétique. Le premier est réactionnaire, le second réalise un grand progrès. » il semble dire que le système soviétique est un capitalisme d’État, mais progressiste et non réactionnaire (en parlant de la Russie stalinienne de 1936 bonjour ce qui peut rester de la dimension progressiste…).

    Le congrès de la QI en 1948
    « Les délégués Munis (section espagnole), Chaulieu et Gallienne (PCI français), Anthony (groupe Octobre d’Indochine), Armstrong (section irlandaise) et Pedro (Etats-Unis):
    – constatent que, pour les raisons mentionnées dans la « Résolution préalable sur le caractère de la conférence internationale » présentée par eux, cette conférence ne peut nullement être considérée comme un congrès de la IV° Internationale. »

    J'aime

  3. Lettre de Chaulieu, Gallienne et Munis (1948) « La Bataille socialiste Says:

    […] résolution commune des tendances Chaulieu et Johnson-Forest au Congrès: La question russe [Castoriadis & Lee-Boggs] […]

    J'aime

  4. Textes préalables des minoritaires au Congrès de la IV° Internationale (1948) « La Bataille socialiste Says:

    […] La question russe [Castoriadis & Lee-Boggs] […]

    J'aime

  5. Bergson [Grace Lee Boggs] et Chaulieu [C. Castoriadis] – La question russe (1948) « Espace contre ciment Says:

    […] La Bataille Socialiste […]

    J'aime

  6. La IV° Internationale et la question russe (tendance Johnson-Forest, 1948) « La Bataille socialiste Says:

    […] votée par Castoriadis qui s’était associé à Bergson (Grace Lee -Boggs) dans une courte résolution commune sur la même […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :