1996-01 La différence entre les talibans et les fondamentalistes moudjahidin [RAWA]

Extrait de « The Burst of the ‘Islamic Government’ Bubble in Afghanistan » (RAWA, janvier 1996).

Selon nous, les talibans et autres cliques fondamentalistes moudjahidin de Rabbani, Sayyaf, Masoud, Khalili, Hekmatyar et autres comparses sont des frères d’armes. Ils sont tous du même acabit, pour les raisons suivantes : Tous ont une kalashnikov dans une main et le Coran dans l’autre pour tuer, intimider, emprisonner et mutiler notre peuple de manière arbitraire.

Tous font un usage pervers de l’Islam, interprètent le Coran selon leurs caprices et leur intérêts politiques et utilisent la religion pour camoufler leurs crimes odieux.

Ils sont tous fiers de lapider des hommes et des femmes jusqu’à la mort, de leur trancher les membres, d’exécuter en public et de punir les gens sans procès équitable.

L’éducation n’a pas été meilleure sous les moudjahidin pendant quatre ans qu’aujourd’hui sous les talibans. Ils sont tous également hostiles à la science et à la culture. Si les talibans ferment les portes de toutes les écoles et baptisent Radio Kaboul Radio Shariat, les Rabbani et autres bandes de moudjahidin n’ont pas fait mieux. Ils ont qualifié les écoles de « portes de l’enfer », la radio de « boîte diabolique » et la TV de « miroir de Satan »! A Kaboul et ailleurs, on a brûlé des livres sous la supervision de l’infâme Seddiqu Chakari, soit-disant ministre de l’information et de la culture du gouvernement Rabbani.

Tous sont des étrangers et dépendent d’autres pays. Les talibans non plus ne sont rien sans le soutien de l’étranger, et c’est la même chose avec les moudjahidin.

Ils ne sont pas seulement incapables de fournir un soulagement économique au peuple afghan, ils n’ont pas le désir de faire quoi que ce soit qui puisse bénéficier aux masses. Les conditions sont tellement désastreuses en Afghanistan que les gens sont obligés de vendre leurs enfants pour ne pas qu’ils meurent de faim lorsque l’hiver est rude. Des violations des droits de l’homme sans précédent ont été commises à grande échelle sous le régime des deux groupes fondamentalistes.

Sur la scène internationale, ils ont tout deux perdu leur réputation. Les talibans arrêtent les officiels de l’ONU, mais Rabbani et les hommes de main de Masoud ont attaqué l’ambassade du Pakistan, faisant au moins un mort et de nombreux blessés, dont l’ambassadeur du Pakistan. Rabbani a également envoyé ses agents au Pakistan en vue d’activités terroristes.

Bien que l’hostilité des talibans envers les femmes aille plus loin que celle ressentie sous Rabbani & co., c’est bien Sibghatullah Mujaddedi qui a proclamé haut et fort le « hejab islamique », au lieu de se préoccuper des nombreux problèmes du pays. C’est ainsi que Rabbani & co. ont, eux aussi, lancé l’interdiction pour les femmes d’apparaître à la TV et de travailler dans les bureaux.

Ces deux groupes ont donné une mauvaise réputation à l’Afghanistan en cultivant et en faisant commerce de l’opium et de ses dérivés dans le monde entier.

Bien sûr, le nombre de crimes, de viols sur les enfants (des deux sexes) et d’incendies de maisons par les talibans reste légèrement inférieur à ce qu’on a connu sous les moudjahidin, mais le degré de brutalité des talibans, ne serait-ce que contre les femmes, suffit pour saisir la bigotrie et le fanatisme de ce groupe. Ils forcent physiquement les gens à prier et détruisent les cassettes audio/vidéo, qui sont haram (interdites). Ils considèrent même un péché d’entendre les pas d’une femme ! Il est fort probable que si les talibans réussissent à consolider leur position dans tout le pays, ils deviendront encore plus cruels, féroces et rigides, au nom de la Shariat.

Ironiquement, les anciens dirigeants moudjahidin s’efforcent de se présenter comme « plus civilisés » que les talibans. Leurs femmes sont montées au créneau pour justifier les crimes contre l’humanité des chefs fondamentalistes. Les talibans, d’un autre côté, n’essaient même pas de se présenter comme des « gens civilisés », du moins pour l’instant. Ils n’hésitent pas à donner des ordres absurdes, comme celui de ne photographier aucun être humain !

A la vue de ce que nous venons de dire, il est aisé de comprendre que la lutte interne entre les différents types de fondamentalistes n’est qu’une guerre sanglante entre des bandits islamiques qui essaient de s’approprier un butin. Et puisqu’ils sont contrôlés par des maîtres étrangers, les intérêts en conflit de ces pays ont aussi un effet dévastateur sur le destin du peuple afghan. Le rôle de ces maîtres est un facteur important dans la continuité de cette guerre qui semble ne jamais vouloir finir.

Une Réponse to “1996-01 La différence entre les talibans et les fondamentalistes moudjahidin [RAWA]”

  1. Conférences-débats avec une militante de RAWA à Paris les 17 et 18 février « La Bataille socialiste Says:

    […] 1996-01 La différence entre les talibans et les fondamentalistes moudjahidin [RAWA] […]

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :