2002-12 La guerre des Etats-Unis contre l’Irak doit être stoppée! [PCOI]

Déclaration du Parti communiste ouvrier d’Irak, 20 décembre 2002

Les propos bellicistes et les menaces de l’administration Bush contre l’Irak n’ont pas d’autre objectif que de conforter le militarisme et la politique d’intimidation des États-Unis et d’en faire une norme dominante des relations internationales; et de la sorte d’imposer l’ordre «désiré» par les États-Unis à l’ensemble de la vie politique des peuples du monde entier. Le fait de s’accrocher aux aspirations anciennes du peuple d’Irak et des peuples du monde pour la liberté et pour le renversement du régime de Saddam Hussein ne peut, en aucune mesure, camoufler l’objectif belliciste des États-Unis. Le monde est plein de régimes despotiques et de régimes disposant d’armes de destruction massive; la majorité d’entre eux constitue des alliés de première importance des États-Unis. En outre, les États-Unis et les états occidentaux, qui ont été les premiers à utiliser des armes de destruction massive à Hiroshima, Nagasaki et au Vietnam, ont dans ce domaine perpétré de nombreux crimes contre le peuple d’Irak au moyen des sanctions économiques, qui sont en tant que telles des armes de destruction massive, donnant ainsi une aide déterminante afin de prolonger la vie du régime de Saddam Hussein.

La stratégie de l’administration américaine après l’écroulement de l’Union soviétique et la fin d’un monde bipolaire a consisté à prendre appui sur le bellicisme et l’intimidation afin d’imposer une hégémonie unipolaire sur le monde et de s’emparer de la plus grande partie des richesses mondiales produites par les travailleur(e)s et les dépossédé(e)s. Au cours de cette période, chaque pas en direction du «nouvel ordre» des États-Unis a impliqué d’imposer des régressions à l’humanité au travers de formes violentes de guerre, de terreur, tout cela avec les misères qui en découlent. Chaque jour, la contradiction entre cette stratégie et les intérêts de l’humanité est apparue plus clairement. Les dernières années de cette période ont exprimé encore plus clairement cette contradiction. Mais les crimes terroristes de l’islamisme politique perpétrés le 11 septembre ont donné au gouvernement des États-Unis une occasion inespérée de remettre au premier rang le militarisme, le plaçant sous la bannière de la «guerre contre le terrorisme». George W. Bush, en mettant en avant la guerre contre l’Irak et en prétendant «terminer le travail laissé inachevé» par Bush père – et cela immédiatement après le 11 septembre -, a rendu évident que sa guerre «contre le terrorisme» n’est rien d’autre que la continuation de la guerre du Golfe (1991) et de la guerre du Kosovo. Ce n’est rien d’autre qu’un effort visant à conforter la stratégie du dit «nouvel ordre mondial». L’escalade de propagande belliciste et de menaces contre l’Irak à l’occasion de l’anniversaire du 11 septembre est l’expression des besoins et des revendications d’un secteur de la droite extrême des cercles dominants afin de maintenir un climat militariste et guerrier. C’est la façon dont les États-Unis veulent imposer leur domination sur le monde et transformer leur politique d’intimidation en une norme des relations internationales. Cela constitue la stratégie d’un État qui, depuis des années, a été à la tête d’un pôle international de terrorisme d’État, de dictatures et de gouvernements réactionnaires et qui dirige la machine de guerre la plus puissante et dispose de l’armement nucléaire et d’armes de destruction massive.

Les conséquences du bellicisme et des menaces des États-Unis contre l’Irak ne se limiteront pas à imposer le «nouvel ordre mondial» états-unien. Jusqu’à maintenant, ce bellicisme a déjà aidé au renforcement de l’islam politique, du terrorisme islamiste et a suscité un nationalisme débridé ainsi que des réactions religieuses et ethnocentristes dans la région. Et cela ira de façon croissante. Les actions de ces groupes en réponse aux attaques des États-Unis, l’extension des initiatives terroristes dans d’autres partie du monde, et avec la perspective du déclenchement effectif de la guerre par les États-Unis, s’ouvre la possibilité d’une utilisation des armes de destruction massive par les deux côtés. Cela pourrait aboutir à une catastrophe humaine et guerrière non seulement en Irak, mais à une échelle géographique beaucoup plus large. Cela démontre que l’action militaire contre l’Irak peut mettre le feu à une grande partie du Moyen-Orient. Le Moyen-Orient est le principal centre de l’islam et du nationalisme arabe et est un champ de batailles depuis plus d’un demi-siècle, de guerres et conflits entre Israël et les Etats arabes et l’épicentre de la crise aigüe de la Palestine. Le Moyen-Orient, entre autres à cause de l’ample soutien des États-Unis aux politiques fascistoïdes de l’État israélien contre le peuple israélien, est une poudrière à laquelle l’attaque militaire des États-Unis contre l’Irak mettra certainement le feu. Les menaces de guerre contre l’Irak doivent être arrêtées par le pouvoir des peuples. Seule la force des peuples respectant les valeurs universelles de la culture et attachés à la paix peut empêcher le militarisme débridé des États-Unis et ses atrocités.

Le Parti communiste ouvrier d’Irak condamne fortement les menaces des États-Unis, leur propagande guerrière et toute action militaire contre l’Irak. En même temps, le Parti communiste ouvrier d’Irak, dans le droit fil de son opposition résolue et continue contre les sanctions visant le peuple d’Irak, mobilisera l’opinion publique internationale afin qu’elle se dresse contre cette politique chauvine des États-Unis. Il y a des années que le renversement de la dictature du régime de Saddam Hussein constitue une exigence du peuple d’Irak et de toutes celles et tous ceux qui chérissent les libertés dans la région et dans le monde. C’est aussi l’objectif déclaré du Parti communiste ouvrier d’Irak. En s’adaptant à ce souhait, les États-Unis ne cherchent qu’à cacher leur véritable objectif. En mettant à jour les intentions réelles du gouvernement des États-Unis et en mobilisant l’opinion publique internationale, le Parti communiste ouvrier d’Irak cherche à participer à la constitution d’un front international fort contre le militarisme américain. Le drapeau des valeurs universelles de la civilisation doit être levé contre les deux pôles du terrorisme: le terrorisme d’État états-unien et le terrorisme islamiste. En construisant un mouvement large contre le militarisme des États-Unis et l’agression militaire contre l’Irak, nous lèverons, une fois de plus, ce drapeau contre les deux pôles internationaux du terrorisme.

Le parti communiste ouvrier d’Irak appelle toutes les personnes éprises de paix, les organisations ouvrières, les partis progressistes et les organisations de défenses des droits de la personne humaine, partout dans le monde, à rejoindre les rangs de celles et de ceux qui défendent les valeurs universelles de la civilisation contre le militarisme et les menaces des États-Unis.

Voir aussi:

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :