2004-09 Débat dans la gauche iranienne et irakienne [AWL]

Traduction d’un article de Martin Thomas paru dans (23 septembre 2004).

Le Parti communiste-ouvrier d’Iran – du moins sa fraction qui est avec Hamid Taqvae et Azar Majedi – a tenu un congrès en Allemagne les 18 et 19 septembre pour se renforcer après une récente scission. L’autre fraction, dirigée par Koorosh Modarresi, tenait une réunion le même week-end en Angleterre.

Environ 300 militants assistaient au congrès en Allemagne. 485membres du PCOI étaient inscrits à la conférence, et 203 autres ont envoyé des messages de soutien.

688 militants cela fait une taille non négligeable pour une organisation révolutionnaire de gauche, travaillant au sein de 3 millions d’Iraniens vivants à l’étranger.  Si l’on devait rapporter le pourcentage que ça représente par rapport aux Iraniens au Canada, en Allemagne, Suède, Angleterre et partout en Europe occidentale, ce serait l’équivalent de peut-être 70 000  militants par rapport à la population britannique. Le PCOI est plus faible au sein des exilés iraniens aux Etats-Unis.

Le PCOI prétend être un parti de masse à l’intérieur de l’Iran, mais ne prétend pas y avoir de comités. Le PCOI à l’étranger, en plus du travail d’aide aux réfugiés, a des programmes TV par satellite, une radio, et un site web accessibles en Iran (le congrès lui-même a été filmé pour être diffusé en Iran), et est à l’écoute des gens et petits cercles en Iran sur  internet. De nombreux messages de soutien de l’intérieur de l’Iran, en plus de ceux reçus sur internet, ont été lus au congrès.

Azar Majedi, a déclaré à l’ouverture du congrès, que celui-ci marquait « la fin d’un combat à l’intérieur du PCO et la victoire de la ligne de Mansoor Hekmat ». (Mansoor Hekmat, le leader et fondateur du PCO, est décédé en 2002. Son héritage est aussi revendiqué par la fraction dirigée par Koorosh Modaresi, qui se dit PCO-Hekmatiste.)

Maryam Namazie a décrit la bataille politique au sein du PCO comme ayant permi que « le socialisme immédiat et notre position de leadership dans la révolution à venir sortent victorieusement ». Pour Hamid Taghvaee,  « l’aile droite voulait que le  PCO devienne un parti ordinaire, qui arrive au pouvoir par des moyens ordinaires ».

Mostafa Saber a déclaré que « la bataille au sein du parti reflète une bataille dans la société ». La révolution c’est « ce qui passe en ce moment » en Iran et c’est « beaucoup plus profond et plus radical que les événements des années 1960 et 1970 à l’Ouest. C’est contre la religion et pour les droits des femmes ». Le WPI a la responsabilité « en mémoire des victimes de Beslan » de lutter pour le socialisme immédiat. . (Le WPI est farouchement hostile à l’islam politique, et à tout « anti-impérialisme » qui tolère l’islam politique).

Asqar Karimi, le principal dirigeant du PCO en Allemagne, a défini le «socialisme d’aujourd’hui » comme «la principale différence entre nous et le reste de la gauche ». . Ali Javadi, leader du PCO aux États-Unis, a déclaré que «nous ne permettrons pas [aux autres] de transformer le parti de la révolution en un parti de désobéissance civile ».

La direction du Parti communiste-ouvrier d’Irak – qui, historiquement, est une ramification du PCOI – a soutenu Koorosh Modaresi. Issam Shukri pris la parole lors du congrès en Allemagne au nom d’un groupe de membres du PCO d’Irak basé au Canada et en Allemagne qui ont mis en place une fraction oppositionnelle dans le PCO d’Irak en soutien au PCO de Hamid Taghvaee.

Issam Shukri told me that there is no dispute on policy in Iraq. Issam Shukri a dit qu’il n’y avait pas de divergences sur la politique en Irak. Tous dans le PCO d’Irak sont d’accord pour dire que l’Irak n’est pas confronté à une situation révolutionnaire comme l’Iran, mais à un scénario « noir », où la tâche est la défense de la société civile.

Il a déclaré au Congrès qu’il est  «dangereux» pour le PCO d’Irak d’avoir choisi de « se séparer de la grande tendance dans la société … le vaste mouvement », représenté par le PCOI. Il se battra dans le PCO d’Irak pour « la bannière du communisme de Mansoor Hekmat ».

Les documents de Koorosh Modaresi ne sont pas encore disponibles en anglais, il est donc difficile de savoir la part de vérité ou non dans la mise en accusation de sa fraction de vouloir « transformer  le PCO en un parti ordinaire», en renonçant à la révolution et en cherchant plutôt de petits arrangements politiques et des coalitions avec les forces politiques bourgeoises.

Une Réponse to “2004-09 Débat dans la gauche iranienne et irakienne [AWL]”

  1. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] en 1923 (1935) * Rafail Abramovich-Rein: On the Menshevik Trial in Moscow (1931) * Martin Thomas: Débat dans la gauche iranienne et irakienne (2004) * Mansoor Hekmat: End of the Cold War and Prospects for Worker-socialism (Radio KPFK’s […]

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :