2010-01 7ème Congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran

Première publication dans le journal « Syndicaliste » des Comités Syndicalistes Révolutionnaires.

Les 5 et 6 décembre 2009 s’est tenu le 7ème congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran. Après l’Internationale et une minute de silence pour ceux et celles qui sont tombés dans la lutte pour le socialisme, les premières interventions, comme celles d’Hamid Taghvaie, Maryam Namazie et Mina Ahadi, membres du bureau politique, annoncent que le but des travaux du congrès est de préparer le renversement de la République Islamique. Maryam Namazie explique que nous assistons à un moment crucial, et que si le monde a vu mourir Neda, il a aussi vu l’espoir pour celles et ceux qui sont fatigués de la Charia, des crimes d’honneur, du terrorisme et du militarisme. La révolution est le moyen d’en finir avec la barbarie, pour construire un monde humain et digne du 21ème siècle. Si chaque congrès a un nom, ce 7ème congrès est celui de la révolution. Parmi les délégués se trouvent les différentes générations qui se sont battues entre 1979 et 2009, de jeunes camarades de moins de 30 ans, formé(e)s au marxisme en Iran, et qui ont dû fuir le pays il y a un an à peine, et ce congrès se veut un pont entre la révolution de 1979 et celle qui se déroule aujourd’hui en Iran. “La révolution, indique Hamid Taghvaie, c’est ce que demandent la société iranienne, les ouvriers, les femmes… Pendant 30 ans, les communistes ont appelé à la révolution, aujourd’hui c’est la révolution qui nous appelle”.
Ces premières interventions montrent l’ambiance et l’atmosphère dans lesquels s’est déroulé ce congrès. Le rapport d’activité sur les deux années écoulées mettant en avant les nombreux contacts pris par le parti depuis le mois de juin 2009, en particulier mais pas seulement dans la jeunesse, sa participation à plusieurs grèves et luttes pour le paiement des salaires et l’existence de plus d’un millier de cellules liées au parti en Iran. Le travail réalisé à l’extérieur, par les camarades de l’exil, fut aussi particulièrement important, en particulier depuis le mois de juin, avec l’immense effort financier qu’a impliqué la diffusion 24 heures sur 24 des émissions de New Channel TV, la chaîne de télévision par satellite du PCOI, pendant les protestations du mois de juin, chaîne qui permet un lien entre le parti et la population.
Après les rapports d’activité, les travaux du congrès se sont focalisés sur les questions stratégiques pour la victoire de la révolution, le renversement de la république islamique et la prise du pouvoir politique. Une des résolutions, «Le caractère de classe de l’actuelle révolution » explique que le mouvement de protestation actuel en Iran a ses origines dans l’opposition de la classe ouvrière et de la bourgeoisie puisque si l’émancipation de la classe ouvrière contre la bourgeoisie est liée à la libération de la société de l’ensemble de l’oppression du régime islamique, la réalisation des aspirations de la population comme l’émancipation des femmes, les libertés politiques et sociales ou l’émancipation culturelle de la jeunesse ne peuvent être réalisées que par le programme socialiste portée par la classe ouvrière, qui est aussi la seule classe qui a la volonté et la capacité de mener et de gagner la révolution.
Une autre résolution, « Conditions préalables à la victoire de l’actuelle révolution et détermination du futur système de gouvernement » met ainsi en avant la nécessité de constituer des conseils dans les luttes ouvrières ainsi que des comités ou conseils locaux et pour toutes les sections de la société en lutte contre le régime (femmes, enseignants, étudiants, etc.).
La question du Kurdistan et des tâches du PCOI dans cette région particulièrement « rouge » et qui est depuis 1979 à la pointe de la lutte contre le régime islamique, mais qui a aussi comme particularité l’existence d’un courant nationaliste, a également été discutée. Si le PCOI ne revendique pas l’indépendance du Kurdistan et s’oppose aux politiques nationalistes, de part l’oppression nationale spécifique, il reconnaît son droit à la sécession par le biais d’un référendum si la question se pose après la chute du régime islamique. Pour les tâches immédiates, le congrès a mis en avant la priorité au développement dans les zones urbaines tout en se préparant à l’éventualité de la lutte armée.
Une question particulièrement débattue fut celle du slogan de « République humaine ». Ce slogan n’a pas pour but de remplacer le slogan actuelle de « République socialiste », mais d’être mis en parallèle, à la fois pour expliciter son contenu et sa différence avec les régimes bourgeois qui se sont déclarés « socialistes », et comme refus tant de la république islamique actuelle que des projets nationalistes. Il s’agit aussi d’un slogan pour donner un contenu à celui des manifestants qui scandent « indépendance, liberté, république iranienne », contenu qui signifie le refus de toute discrimination basée sur la religion, la nationalité, le sexe ou l’ethnie, de la misère et de l’exploitation.
Le contenu de l’actuelle révolution et de la politique du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran fut résumée dans le « Manifeste de la Révolution Iranienne », adoptée à l’unanimité et sous les applaudissements.
Vu l’ampleur des tâches qui attendent les communistes-ouvriers iraniens, c’est un comité central élargi qui a été élu à la fin du congrès avec 65 élu(e)s, dont plusieurs jeunes camarades. Et le congrès s’est terminé avec l’espoir que le prochain aura lieu à Téhéran. Certes, cela peut paraître optimiste, mais depuis le mois de juin, le peuple d’Iran n’a pas cessé de protester, de manifester et de défier le régime, et ce, malgré la répression et la terreur. Le 27 décembre l’a encore récemment montré. Dans les usines et les entreprises, la colère monte aussi, avec un développement des grèves et des protestations ouvrières pour le paiement des salaires. C’est bien une situation révolutionnaire que connaît l’Iran, et dans ces circonstances, le rôle d’un parti révolutionnaire est bien, non pas de philosopher sur les événements et le monde, mais d’agir pour les transformer.

Pascal

Une Réponse to “2010-01 7ème Congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran”

  1. 20 juin 2009-2010: Une année de lutte révolutionnaire en Iran pour en finir avec la République Islamique! « La Bataille socialiste Says:

    […] 2010-01 Le 7ème Congrès du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (Pascal) […]

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :