Le trotskysme

roussel.jpg

«La réalité ne pardonne pas une seule erreur théorique». (L. Trotsky)

Le trotskysme est un corpus théorique, basé sur les écrits de L. Trotsky et principalement critiqué pour sa théorie de « l’État ouvrier dégénéré » et sa « défense inconditionnelle » de l’URSS; et un mouvement (la IV° Internationale), avec une histoire, caractérisé par un fort émiettement. [1]

Après avoir proclamé une IV° Internationale sans leurs troupes hollandaises et espagnoles qui avaient refusé l’entrisme dans les PS quelques années auparavant, sans même des personnalités ayant été découragées par les méthodes et le sectarisme des courtisans de Trotsky (Rosmer), les trotskystes se sont divisés après la guerre (départs de la veuve de Trotsky, de Munis, Shachtman, Dunayevskaya, Castoriadis…, scissions en chaîne), ont fait faillite en Bolivie et au Sri Lanka, ont vu leur section américaine passer au castrisme, le courant cliffiste passer à l’islamo-gauchisme, le courant grantiste à la chavezolâtrie, le courant lambertiste à la défense des 30 000 communes. Partisans de la constitution de gouvernements de front unique PS/PC et investis dans le syndicalisme, les trotskystes ont régulièrement été accusés de porter une critique insuffisante du stalinisme. Le soutien d’une grande partie d’entre eux à Lula au Brésil (Miguel Rossetto devenant même ministre)a encore mis en lumière leurs contradictions. La IV° Internationale est aujourd’hui principalement présente avec sa section française, la LCR dont les thèses politiques adoptées à son dernier congrès ne font plus apparaître le mot « communisme » qu’une seule fois, le mot « communiste » qu’une fois aussi et pour désigner le PCF. Certains militants considèrent cependant que le projet de construction d’un « parti anticapitaliste » élargi porté par ladite LCR pourrait être un palliatif au champs de ruine à gauche.

A noter enfin que de nombreux leaders du PS français sont d’anciens trotskystes, et que quelques courants trotskystes différents de la IV° Internationale (notamment les morénistes) ne sauraient être assimilés à toutes les erreurs de celle-ci: des revues comme Carré rouge ou Herramienta ont témoigné d’un niveau de réflexion théorique intéressant, l’AWL britannique dénonce les erreurs du SWP [2], le POR espagnol reconnaît la valeur de l’héritage du POUM, et Orlando Chirino a tout de même des camarades… La plupart des textes de Léon Trotsky sont disponibles sur le site MIA. Un site bio-bibliographique incontournable (en anglais) est aussi à signaler: The Lubitz TrotskyanaNet.

Notes additives (2009):

[1] C’est un paradoxe de ce lien corpus/organisation qu’en France, la seule organisation importante à défendre encore le corpus (héritage bolchevique et projet planificateur, bilan « globalement positif »  [sic] de l’URSS sur le plan économique…), à savoir Lutte ouvrière, est justement la seule à n’avoir jamais fait partie de la IV° Internationale.

[2] mais appelle à voter travailliste aux européennes de 2009…

TEXTES:

trotsky-st-georges.jpg

Trotsky dessiné en St-Georges terrassant le dragon de la contre-révolution (Bulletin communiste du 22 mars 1923)

1° Bulletin de l’Opposition en russe (1929)

Affiche (1932)

Affiche (vers 1945)

rosmer-uk.jpg

Livre en anglais disponible via notre librairie

2 Réponses to “Le trotskysme”

  1. Debate – Did Trotsky Point the Way to Socialism? « La Bataille socialiste Says:

    […] Adam Buick, du SPGB, à Hillel Ticktin, de la revue Critique. Les vidéos de ce débat sur le trotskysme et le socialisme sont désormais disponibles sur […]

    J'aime

  2. Les erreurs du P.O.U.M. (Ignacio Iglesias) « La Bataille socialiste Says:

    […] des erreurs avant et après juillet 1936, mais pas celles en tout cas que signalent Trotsky et les trotskystes. Erreur, je crois, de ne pas avoir saisi l’occasion de la réintégration des syndicats […]

    J'aime

Les commentaires sont fermés.


%d blogueurs aiment cette page :