Posts Tagged ‘Guerre d’Espagne’

La revolución española de 1936

14 septembre 2007

Texte de Kurt Landau extrait d’une étude sur La Révolution espagnole de 1936 et la Révolution allemande de 1917-18, publiée à Barcelone en mars 1937. Cet extrait a été publié dans La Batalla n°153 (1965) et mis en ligne ces jours-ci par le site de la Fondation Nin.

La revolución española es el mayor acontecimiento contemporáneo desde el período revolucionario de 1917-18. Su significación, no solo para el porvenir de España, sino para el movimiento obrero internacional, es grandiosa. Tres años después de la derrota sin lucha de la clase trabajadora más poderosa de Europa, la clase obrera alemana, la revolución española muestra nuevamente de qué capacidades, energía creadora y heroismo sin límites dispone el proletariado.No olvidemos que durante el más amargo de los años de la catástrofe alemana, en 1933, hubo no pocos que llegaron a dudar del socialismo y hasta de la misión histórica del proletariado (Souvarine). La antítesis Alemania 1933-España 1936, es tan neta y visible que, muchos que están acostumbrados a medir los acontecimientos con medidas abstractas y no con medidas históricas, se ven arrastrados a conclusiones falsas y peligrosas. Consideran el movimiento obrero alemán en su totalidad; al mismo tiempo hacen un flaco servicio a la revolución española, dado que la idealizan en lugar de sacar experiencias de ella. Los verdaderos revolucionarios no son poetas líricos, sino elementos críticos y progresivos en la revolución proletaria.

No se puede comparar una revolución en ascenso, como la de julio de España, con el último período de una revolución decadente y vencida, es decir, no se la puede comparar con los acontecimientos del año 1933 en Alemania. No se pueden considerar aisladamente los acontecimientos de 1933 y enfrentarlos con la revolución española de julio, sino que es necesario considerar las dos revoluciones en su conjunto y compararlas; es necesario limitarse a comparar la iniciación de la revolución socialista en ambos países y sacar de este hecho determinadas consecuencias sobre el carácter de ambas revoluciones. Pero en este caso se puede hacer entrar en la comparación la revolución de 1918, en noviembre, es decir, en un período durante el cual, en Alemania, el proletariado derribaba los viejos poderes, pero no tomaba el poder del Estado, y de este modo hizo posible la primera consolidación de la sociedad burguesa.

La decadencia política del «Komintern» nos obliga a aclarar una cuestión que en la teoría y en la práctica se halla resuelta desde hace tiempo: la cuestión del carácter de la revolución de julio de 1936 y de las revoluciones de noviembre en Alemania. Es notorio que el stalinismo considera la revolución de julio como una revolución democrática, cuyo objetivo no puede ser otro que una república democrático-burguesa. Según la interpretación stalinista de la historia, la insurrección de julio de 1936 se relaciona directamente con la revolución democrática burguesa de abril de 1931; julio debe continuar «la herencia de 1931, estabilizar definitivamente la republica morada».

Ciertamente que la revolución de Julio de 1936 y la revolución de Abril de 1931 tienen finalidades comunes; ante ambas se encuentran los problemas sin resolver de la revolución democrático-burguesa; en primer lugar, la cuestión de las nacionalidades, la cuestión agraria y la cuestión religiosa.
En ambas revoluciones, las masas proletaas son la fuerza motriz de la revolución. Pero al lado de estas diferencias comunes, nos sale al encuentro una diferencia fundamental: en la revolución de Abril de 1931, la
dirección de la revolución cae en el regazo de la burguesía liberal, pues la inmensa mayoría de las masas revolucionarias cree todavia-parte de la clase obrera, del campesinado, de la pequeña burguesía y de las minorías nacionales oprimidas- que la buruesía liberal puede y quiere solventar las cuestiones de la revolución democrática. Y esta confianza política de las masas en el papel director de la burguesía, puso límites infranqueables al paso inmediato de la evolución de Abril hacia una revolución socialista. Contra esto, los stalinistas, con su insensata consigna de entonces «¡abajo la república, viva la dictadura proletaria!», debían estrellarse y se estrellaron.

Fueron necesarias las luchas de clase más encarnizadas durante media década, los compromisos más vergonzosos de la burguesía, la insurrección aislada y heroica del proleariado astur, y por último el derrumbamiento de las breves ilusiones del Frente Popular entre febrero y julio de 1936, para
que el proletariado español llegase a comprender, a la vista de la contrarrevolución amenazante, que «la república no puede vivir como república burguesa democrática, sino solamente como república socialista».

Las consignas democráticas de la revolución no pueden ser resueltas por la burguesía; solamente pueden encontrar solución bajo la dirección del proletariado.

Lo que para nosotros, marxistas revolucionarios, desde la primera insurrección independiente del proletariado en la historia, la insurrección de Junio de 1848 en París, estaba claro, lo que Marx escribía a los obreros alemanes en 1850, penetró en los años 1931-36 profundamente en la conciencia del proletariado español. Marx preconizaba, aconsejando a los obreros alemanes, la lucha independiente en la revolución, la creación de órganos de clase independientes frente a la burguesía liberal victoriosa, la continuación de la revolución, la «revolución permanente». El proletariado español reconoció la necesidad de asumir por si sólo la dirección de la revolución y de realizar al mismo tiempo la solución de las consignas democráticas de la revolución y la transformación socialista de la sociedad.

El mayor mérito histórico de los anarquistas en España consiste en que han tomado parte, de un modo activo, en esta revolución de la conciencia proletaria, y de que a pesar de sus falsas concepciones teóricas, han entrado en la revolución de Julio como una fuerza revolucionaria.

Por el contrario, a los stalinistas les estuvo reservado el interpretar la revolución democrática de 1931 como una revolución socialista y la revolución socialista de 1936 como una revolución democrático-burguesa.

Si en 1931 cayeron en el aventurerismo revolucionario, en 1936 han convertido su posición de defensa de la república democrática en una fuerza reaccionaria en período de revolución socialista.

Miliciens dans les rues de Barcelone, 19 juillet 1936

Publicités

Archives du journal Avant!

22 août 2007

Les archives de l’hebdomadaire des J.I.C., les Jeunesses du POUM, Avant!, sont en ligne sur le site du Ministère espagnol de la culture, ici.

Décembre 1936:

  1. N° 1 (04/12/1936) Imágenes JPEG Images JPEG
  2. N° 2 (12/12/1936) Imágenes JPEG Images JPEG
  3. N° 3 (23/12/1936) Imágenes JPEG Images JPEG

Janvier 1937:

  1. N°4 (02/01/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  2. N°5 (13/01/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  3. N°6 (20/01/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  4. N°7 (27/01/1937) Imágenes JPEG Images JPEG

Février 1937:

  1. N°8 (03/02/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  2. N°9 (10/02/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  3. N°10 (17/02/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  4. N°11 (24/02/1937) Imágenes JPEG Images JPEG

Mars 1937:

  1. N°12 (03/03/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  2. N°13 (10/03/1937) Imágenes JPEG Images JPEG
  3. N°14 (17/03/1937) Imágenes JPEG Images JPEG

prensa_0002.jpg

Secours rouge du POUM

22 août 2007

Affiches du Socorro Rojo (Secors roig en catalan) du POUM, organisation crée en parallèle du Secours rouge international qui lui était lié au Komintern. Les statuts du POUM étaient clairs: »Tout membre du Parti est obligé de faire partie du Secours Rouge du POUM, l’organisation d’aide aux prisonniers« .

*

Des timbres ont aussi été mis en circulation:

poum-sr-timbres.jpg

Le Secours rouge du POUM fut dissous avec toutes les autres organisations liées au parti après l’arrestation d’A. Nin en juin 1937.

POUM - secours rouge

Un article écoeurant dans Témoignages

4 août 2007

Dans un article du 30 juillet 2007, le journal communiste réunionnais Témoignages remet en avant les techniques de désinformation des années 50. Alors même que les communistes espagnols ont fait leur mea culpa [*] sur le meurtre d’A. Nin en 1937, ce « journal » écrit notamment:

Le P.O.U.M a toujours accusé les Soviétiques de l’assassinat de leur leader, Andrès Nin. Cette accusation aurait trouvé un fondement ténu, après l’ouverture en 1992 des Archives de Moscou. On y aurait trouvé une lettre de juillet 1937 signée d’Alexander Orlov, membre du N.K.V.D (service d’espionnage soviétique) selon laquelle le meurtre aurait été commis par « deux membres du NKVD » (dont lui-même) « aidés de trois communistes espagnols ». C’est du moins ce que dit “Le Monde”, qui ne donne ni citation, ni reproduction de cette lettre.
Une autre lettre de mai 37 (signataire inconnu) expliquerait comment les services de Staline comptaient « fabriquer des preuves » qualifiant Andrès Nin et d’autres membres du POUM « d’agents du fascisme ».
D’une part, il faut observer que l’espion Alexander Orlov, passé aux Etats-Unis dès 1938, a publié des confessions – “L’histoire secrète des crimes de Staline” – parues à New-York en 1952… Quarante ans plus tôt ! Il n’avait pas tout dit ?

Drôle d’anniversaire, 70 ans après l’assassinat de Nin, 70 ans après l’étouffement de la Révolution espagnole [**] par un stalinisme rendu incontournable en Espagne puisque le seul à vendre des armes à la République assiégiée. Cette forme clientéliste du communisme à la Réunion n’aurait donc pas fait, 70 ans après, le moindre effort de remise en cause de la théorie des « hitléro-trotskystes du POUM »? Qu’importe la recherche historique, qu’importe l’ouverture des archives du KGB, qu’importe le journalisme d’investigation de la télévision catalane (surtout le reportage Operación Nikolai en 1992)! L’histoire est avant tout un enjeu: l’oubli, la désinformation flagrante ou rampante [***], OU la vérité, seule source de leçons pour l’avenir des luttes.

S.J.

L’accusation d’agents des fascistes n’a pu trouver le moindre fondement, fut-il ténu, lors du « procès » du POUM. Les « preuves » étaient mal ficelées, et à en croire semblerait-il Témoignages n’ayant pas été fabriquées par les services de Staline.

Notes:

[*] C’est surtout le PC catalan, le PSUC, qui fit son mea culpa dès 1989, la direction madrilène du PC espagnol déclarant que c’était le gouvernement soviétique qui fit assassiner Nin sans que le parti fut directement impliqué.

[**] Sous prétexte de mettre les collectivisations en veilleuse pour prix d’unité dans l’effort de guerre, le stalinisme n’en était pas à son coup d’essai en Espagne. En Chine, en 1925-27, il avait déjà freiné le développement révolutionnaire pour lui préférer (sans succès d’ailleurs) une technique d’inflitration de l’Etat. L’accession au pouvoir de la bureaucratie aurait été ainsi dégagée de la pression des masses. Cf. Souyri/ Révolution et contre-révolution en Chine (1982)

[***] L’article n’hésite pas à conclure que les « historiens, aujourd’hui, loin de faire le procès de la présence soviétique en Espagne, en soulignent le rôle éminemment positif« !

Voir sur ce sujet:

Témoignages du 30-07-07

Ségolène Royal et Paul Vergès

Noël de solidarité à l’Espagne 1938

23 juillet 2007

Affiche émanant du Secours socialiste en faveur de l’Espagne républicaine.

« 25 décembre. Noël d’Espagne. Journée nationale de solidarité à l’Espagne républicaine. Avez-vous ressenti profondément l’ampleur de la tragédie espagnole? […] Républicains de France, répondez à l’appel déchirant d’un peuple qui défend ses libertés. Versez votre obole pour lui envoyer du lait, du pain, des médicaments et des couvertures […] Achetez 1fr l’insigne : Noël d’Espagne ».

L’opposition à la non-intervention en Espagne

6 juillet 2007

Extrait de Les socialistes et la guerre/ Richard Gombin (1970)

comité-pour-la-révolution-espagnole1937

Le chef de file des opposants à l’embargo fut, sans conteste, Jean Zyromski. Leader de la fraction « Bataille socialiste », il réussit à réunir autour de lui aussi bien des personnalités de la droite du Parti, que des pivertistes et même des militants de l’extrême-gauche du Parti.*

La thèse de Jean Zyromski est intéressante car elle s’insère dans une doctrine qui date de 1935 sinon de 1931 (…).

Depuis 1935 la Bataille socialiste adopte, en gros, les mêmes vues que Blum en politique étrangère (…). Lorsque Blum prend la tête du gouvernement de Front populaire, elle loue sa résolution de tenir tête aux dictatures fascistes et de redonner de la vigueur à la sécurité collective, telle qu’il l’exprime à Genève, en juillet 1936.**

Lorsque l’insurrection éclate en Espagne cependant, Zyromski se situe d’emblée comme ardent partisan de l’aide. La guerre d’Espagne est pour lui une nouvelle avance du fascisme international. Elle n’est pas un drame fortuit, mais un événement concerté et dans la logique de l’idéologie fasciste. Comme en Éthiopie, comme sur le Rhin en mars 1936, il faut l’arrêter, car encore une fois, c’est la sécurité de la France qui est menacée et, à travers elle, la révolution prolétarienne. Si l’insurrection est victorieuse en Espagne cela signifiera l’encerclement de la France et la guerre. Si l’on ne veut pas rester maître de la situation, on sera balloté par les événements, on ne pourra plus que les subir. A un premier stade il demande la levée de l’embargo. A la rigueur, la non-intervention aurait pu se justifier si elle avait été loyalement observée. Or il n’en est rien. Ayant pu s’assurer sur place du ravitaillement des forces insurrectionnelles par l’Allemagne et l’Italie, il qualifie de «  »mythe » le Pacte de non-intervention.*** Il s’agit simplement, en levant l’embargo, d’abroger une mesure hostile à un gouvernement légal et ami. Il n’en résultera pas la guerre, est-il persuadé, car la Grande-Bretagne est toujours liée par le Traité de Locarno: le fait de rétablir les relations commerciales normales avec l’Espagne ne peut être considéré comme une agression contre l’Allemagne.

Devant l’ampleur de l’aide apportée aux insurgés, la levée de l’embargo, suffisante en janvier 1937, lui paraît insuffisante six mois plus tard. Il demande désormais l’intervention de la S.D.N., une politique concertée des États anti-fascistes. Il faut régler le problème selon l’article 10 du Pacte de la S.D.N. A défaut de prendre l’initiative d’une action collective, Léon Blum aurait préparé « les cimetières et les camps de concentration pour le prolétariat ». Il doit déclarer que les frontières de l’Espagne sont celles de la France, et restaurer ainsi la confiance des petits États d’Europe centrale, de Scandinavie, des Balkans qu’on regroupera autour de la France.

Un an plus tard, au congrès de Royan, Zyromski va encore plus loin et n’hésite pas à se résigner à la guerre pour sauver l’Espagne, rempart de la France et de l’Europe anti-fasciste. Si l’on ne sauve pas l’Espagne, l’Europe sera fasciste. L’aide à apporter au gouvernement de Madrid doit être désormais proportionnée aux circonstances.

Non content de prêcher l’intervention, Jean Zyromski s’oppose durement à Blum sur le problème espagnol. Il lui reproche de raisonner « hors du temps et de l’espace » et de ne pas vouloir comprendre que l’Espagne n’est qu’un pion sur l’échiquier des dictatures comme le sont Dantzig et la Tchécoslovaquie.

Peut-on évaluer l’influence de l’opposition zyromskiste sur le Parti? En pourcentage des militants, D. Baker évalue la B.S. à 29 % en mai 1937 et 21 % en mai 1938. Il faudrait y ajouter un certain pourcentage de la « Gauche révolutionnaire » dont bon nombre étaient partisans de l’intervention, qui auraient pu se solidariser avec la Bataille dans son opposition à la politique générale du gouvernement à direction socialiste, et qui représente 16 % en mai 1937 et 18 % en mai 1938. Mais outre que ces deux fractions étaient divisées sur la politique intérieure, la direction s’est toujours ingéniée à ce que le décompte des mandats ne se fit pas sur le problème espagnol.**** De même, victoire purement morale au Conseil de février 1937. C’est ainsi que le Conseil national de novembre 1936 accepte de voter une motion (présentée par Zyromski) très énergique mais ne comportant pas de blâme à l’endroit du gouvernement ni d’impératifs précis pour l’avenir. Au congrès de Marseille (juillet 1937), la Commission des résolutions comprenant des partisans de la non-intervention vote à l’unanimité un projet constatant que la politique de non-intervention n’a pas donné les résultats escomptés, réclamant la liberté de ravitaillement pour l’Espagne républicaine et la saisine de la S.D.N. Cette résolution proposée par la Bataille est entérinée par le Congrès, unanime, mais elle s’avère inopérante, car:

– comme la précédente, elle ne contient pas de blâme à l’encontre des ministres socialistes qui, précisément, ont pratiqué la politique contraire à celle préconisée,

– elle n’est pas non plus destinée à faire le décompte des mandats par fraction pour la répartition des sièges à la C.A.P. Pour cette fin, chaque tendance propose une motion de politique générale qui contient un programme « pour le maintien de la paix », mais ne parle pas de l’Espagne.

Au congrès de Royan (juin 1938), une autre tactique est adoptée. Il y a trois motions de « politique générale » dont l’une (celle de la G.R.) ne se préoccupe que de politique intérieure, l’autre (Blum-Faure-L’Hévéder) s’élève contre les violations de l’accord de non-intervention, enfin celle de la Bataille qui demande l’ouverture de la frontière espagnole et la liberté commerciale. Mais le problème de l’intervention est perdu au milieu d’autres considérations: les congressistes sont invités à se prononcer sur la défense nationale, l’attitude de la S.F.I.O. en cas de guerre, la participation au gouvernement. Ce sont donc les mandats obtenus par la motion Zyromski qui nous éclairent sur l’attitude à l’égard de la non-intervention: mais il ne s’agit là que des mandats qui se portent habituellement sur la Bataille et il faut ajouter à ces 1.735 mandats ceux quiproviennent des fédérations favorables à la G.R. et qui n’ont pu se prononcer sur la question espagnole puisque leur motion n’en parle pas. Si l’on fait l’hypothèse, tout à fait plausible, que la moitié des effectifs de la Gauche révolutionnaire était opposée à la politique extérieure du gouvernement, on obtient environ 30 % de mandats hostiles à la non-intervention. En comparant ce pourcentage à celui des anti-munichois, quelques mois plus tard on pourra suivre l’évolution du courant pacifiste à l’intérieur du Parti.

Pour les pivertistes, la guerre d’Espagne est venue remettre en question une cohésion péniblement acquise. A peine s’est-on mis d’accord sur la nécessité de s’opposer à Blum sur les moyens de lutte contre la guerre, qu’on doit juger de sa politique espagnole. Marceau Pivert fut déchiré entre son pacifisme et son internationalisme. S’il admettait qu’il fallait fournir des armes aux républicains, il ne voulait pas que cette aide soit gouvernementale à cause des dangers de guerre qu’elle aurait suscités. Ainsi est-il conduit, chose rare, à approuver Blum, à approuver son « action douloureuse » du 8 août 1936. Il préconisait, par contre, l’action directe de classe, essentiellement le boycottage par le prolétariat européen de la junte de Franco, de façon à empêcher son ravitaillement, la solidarité ouvrière pour fournir clandestinement des armes aux républicains. Il fallait aider ceux-là à gagner, sans toutefois provoquer de conflit généralisé: il reprend le même raisonnement que lors du conflit éthiopien. Cette position ne fut pas maintenue par son auteur et, surtout elle ne fut pas partagée par tous les compagnons de Pivert. Michel Collinet prit la tête de l’opposition. Il était opposé à l’embargo et réclamait l’ouverture de la frontière espagnole. Nous avons vu qu’avec un certain nombre d’autres pivertistes il militait aux côtés de Zyromski.

Enfin, une troisième tendance au sein de la Gauche révolutionnaire se dégage avec D. Guérin, pour qui la meilleure façon d’aider l’Espagne était de fomenter une recrudescence de l' »activisme » en France, autrement dit la révolution immédiate.

A cause de ces divergences de vue, la Gauche révolutionnaire ne s’exprime pas, en tant que telle, sur le problème espagnol. La guerre civile espagnole eut des conséquences considérables sur le socialisme français. Elle a éclaté à un moment où la S.F.I.O. était au pouvoir et donc où elle pouvait agir et, pour la première fois, accorder ses actes à sa doctrine. (…)

Annonce d'un metting de la SIA avec Pivert et Longuet

Notes:

[*] Parmi ses partisans de droite signalons S. Grumbach, auteur de la motion en faveur de l’intervention au Conseil national de février 1937 (Populaire du 15 février 1937) et M. Dormoy qui s’est déclaré plus proche en politique étrangère de Zyromski que de la direction (Congrès S.F.I.O. de Royan). Parmi les pivertistes, membres du Comité d’action socialiste pour l’Espagne de Zyromski, citons M. et S. Collinet, Ed. Serre, Jean Pradel, C. Audry, A. Weil-Curiel, etc. Enfin de l’extrême-gauche vint le transfuge du P.C. André Ferrat (…)

[**] A. Dunois in BS de juillet 1936.

[***] Pas de blocus contre l’Espagne républicaine (déclaration de J. Duclos, J. Zyromski, Eugène Hénaff, Georges Brantig de septembre 1936) et discours au congrès de Marseille (1937)

[****] Selon une méthode qui est exposée en détail (pour une période ultérieure) par A. Philip (Les socialistes, p. 180)

Affiche du P.S.O.E. en 1945

Voir aussi:

miro1937.jpg

Affiche de Miró (1937)

Affiche de SIA (1937)

 

Solidarité des camarades français (1936)

6 juin 2007

Publié dans Frente popular du 22 août 1936

 

frente-popular-1936-page.jpg

SOLIDARIDAD DE LOS CAMARADAS FRANCESES

PARA APOYAR LA CAUSA DE ESPAÑA DEMOCRATICA SE HA FUNDADO EN PARIS LA AGENCIA TELEGRAFICA S.O.
Un grupo de escritores, periodistas, hombres de ciencia y en general trabajadores intelectuales antifascistas, acaba de crear en Francia la Agencia Telegráfica Sud-Ouest. Esta Agencia pública, bajo los auspicios de nuestros buenos amigos Jean Cassou, Jean-Richar Bloch y Ulrich, que estuvieron muy recientemente entre nosotros, un boletín muy inteligentemente redactado, que tiene por objeto suministrar a toda la Prensa noticias fidedignas debidamente aprobadas sobre los episodios y bases de la guerra civil en España.

Entre los fundadores de la Agencia figuran, además de los mencionados, el profesor Langevin, el presidente de la Internacional Socialista De Brouckére, y el diputado socialista Jean Zyromski.

Tenemos a la vista los tres primeros números del boletín editado por Sud-Ouest, llegados por avión. Están perfectamente redactados, con una gran sobriedad y un afán manifiesto de dar noticias verídicas y controladas, características que han de hacer muy eficaz su acción en la Prensa francesa. Ya ningún periódico podrá alegar defectos de información para continuar sembrando bulos acerca de la sublevación fascista y de la heroica lucha que nuestro peublo ha empeñado para sofocarla.

La obra de nuestros camaradas franceses merece no solamente el aplauso, sino el apoyo que facilite la interesante labor que acaban de emprender.

frente-popular-1936.jpg

Déclaration des intellectuels au sujet de l’Espagne (1936)

10 avril 2007

Déclaration des intellectuels républicains

au sujet des événements d’Espagne

Les soussignés, profondément émus, quelles que soient leurs opinions politiques, sociales ou confessionnelles, par le spectacle du drame espagnol qui remet en question les principes les plus fondamentaux de la morale internationale;
Conscients du péril que le succès de la rébellion fasciste en Espagne ferait courir à notre pays;
Constatant le désarroi général, l’incertitude des esprits, le caractère tendancieux des informations et le secret des chancelleries,
Constatant d’autre part la magnifique résistance des républicains espagnols qui défendent devant Madrid leur liberté et la nôtre contre l’attaque du fascisme international,
Estiment qu’il est de leur devoir d’adresser cet appel à l’opinion française et à la conscience universelle.
Le gouvernement de notre pays, désireux de prouver son attachement à la paix, a proposé à l’Europe, dans l’espoir d’empêcher sa division en deux camps hostiles, la politique dite de « non-intervention ».
Cette initiative s’est traduite le 8 août par la décision d’arrêter en France tout envoi d’armes à destination de l’Espagne (décision que certains d’entre nous n’ont pas vu prendre sans inquiétude), mais elle n’a pas rencontré une adhésion rapide et sincère de la part d’autres gouvernements.
Il a fallu attendre le 28 août (et la prise de Badajoz qui livrait aux rebelles la frontière portugaise et ses possibilités indéfinies de ravitaillement) pour que le pacte fût enfin accepté, et encore avec des réserves inadmissibles de la part de certains Etats.
Même après le 28 août l’armement des rebelles a continué d’être assuré par une aide efficace qui n’a même pas cherché à se dissimuler. Les violations de l’accord dit de « non-intervention » sont prouvées:
1) par les révélations précises du délégué espagnol à la SDN (révélations que le secrétariat de l’institution de Genève n’a pas eu le courage de publier et que la plus grande partie de la presse française a systématiquement ignorées);
2) par les informations qu’a recueillies impartialement la Commission d’enquête anglaise (du 24 septembre au 1er octobre);
3) par les dépositions concordantes de hautes personnalités neutres au-dessus de tout soupçon;
4) par l’évidente supériorité actuelle des rebelles en avions et en tanks, par exemple, qui ne peut trouver d’explication que dans les violations continuelles du pacte à leur bénéfice; supériorité écrasante qui, malgré le sacrifice d’un peuple héroïque aux mains nues, a transformé totalement la situation militaire.
Ainsi, la non-intervention s’est traduite en réalité par une intervention très effective en faveur des seuls rebelles. Ces faits indubitables, portés aujourd’hui à la connaissance de l’opinion européenne, viennent d’amener le Parti ouvrier belge, le Labour Party, le Parti libéral anglais, l’URSS, les Internationales syndicale et socialiste à réclamer la reprise des relations commerciales avec le gouvernement espagnol.
Les soussignés estiment nécessaire d’avertir l’opinion française de ce puissant retournement de la conscience universelle et du devoir qui incombe à notre démocratie. Se référant à la déclaration d’Yvon Delbos: « La neutralité ne doit pas être une duperie »,
Estimant en effet qu’on ne peut plus espérer, après deux mois de violations répétées, de faire appliquer le pacte dans l’avenir,
Font confiance au gouvernement français pour que, fidèle à ses engagements internationaux et à ses propres déclarations, il prenne acte de la rupture du pacte et rétablisse en conséquence les relations commerciales avec un gouvernement ami, décision qui, en faisant prévaloir le Droit, ne peut qu’affermir la Paix. SIGNATAIRES Les professeurs: Victor Basch, professeur honoraire à la Sorbonne; Albert Bayet, professeur à l’Ecole des hautes études; Jules Bloch, professeur à l’Ecole des langues orientales; L.Cazamian, professeur à la Sorbonne; M. Cohen, professeur à l’Ecole des hautes études; G. Fournier, docteur ès sciences; J. Hadamard, membre de l’Institut, professeur au Collège de France; Frédéric Joliot-Curie, prix Nobel; P. Langevin, membre de l’Institut, professeur au Collège de France; Jeanne Lévy, professeur agrégée à la faculté de médecine; Marouzeau, professeur à la Sorbonne; U.Mengin, professeur honoraire à la faculté des lettres de Grenoble; I. Meyerson, professeur à l’Ecole des hautes études; H. Mineur, astronome à l’Observatoire de Paris; André Mirambel, professeur à l’Ecole des hautes études; F.Perrin, maître de conférences à la Sorbonne; Pommier, chargé de cours à la Sorbonne; Marcel Prenant, professeur à la faculté des sciences; Louis Robert, professeur à l’Ecole des hautes études; A. Vaillant, professeur à l’Ecole des hautes études; Ed. Vermeil, professeur à la Sorbonne; Henri Wallon, professeur au Collège de France; P. Biquard, docteur ès sciences; Adler, J. Baby, H. Faure, Mlle Brunel, J. Bruhat, Marthe et Etienne Bougouin, Husson, Labérenne, Luce Langevin, Jacques Madaule, René Maublanc, Mérat, Marthe Faure, G. Politzer, Mlle Robert, Mlle Schulhof, agrégés de l’Université; Louis Parrot, professeur à la Casa Vélasquez;
et plus de 200 signatures de professeurs agrégés recueillies à ce jour.
Les écrivains :
Romain Rolland, André Gide, Paul Allard, P. Abraham, Aragon, René Arcos, Gabriel Audisio, Claude Aveline, Julien Benda, Jean-Richard Bloch, P. Bochot, R. Blech, Georges Besson, Jean Cassou, A. Chamson, Crommelynck, J. Chabannes, Luc Durtain, R. Dior, Lise Deharme, Elie Faure, G. Guegen-Dreyfus, A. Hamon, H.-R. Lenormand, René Lalou, H. Lefebvre, L. Martin-Chauffier, L. Moussinac, Matei-Roussou, P. Nizan, Pillement, A. Ribard, Tristan Rémy, G. Sadoul, Simone Téry, Elsa Triolet, E. Thomas, Tristan Tzara, P. Unik, A. Viollis, H. Valet, Charles Vildrac, P. Vaillant-Couturier, André Wurmser, Claude Morgan, Léon Ruth. E. Brenier, ancien sénateur, président de la Ligue française de l’enseignement; Emile Kahn, agrégé de l’Université; Guy Menant, ancien député; A. Goldschild; Gaston Martin, agrégé de l’Université; Marc Sangnier, directeur de l’Eveil des peuples; Zyromski.
Mes Ceccaldi, J. de Moro-Giafferi, Vienney, Marcel Willard, Ferruci, etc.; Drs Lebovici, E. Mariage, Dreyfus, Du Bouchet, Flapan, Valensi, etc. G. Auric, compositeur; Armand Bour, acteur; Cantrelle, musicien; Marcel Carné, metteur en scène; Désormières, chef d’orchestre; Durey, compositeur; Etcheverry, de l’Opéra; Tony Grégory, danseur; Itkine, metteur en scène; Marie Kalf, actrice; Ch. Koechlin, compositeur; Harry Krimer, acteur; Locatelli, violoniste; Roger Maxime, acteur; H. Radiguer, professeur au Conservatoire; H. Sauveplane, compositeur; L. Bazor, graveur; P. Chareau, architecte; Cabrol, dessinateur; Dubosc, dessinateur; J.-P. Dreyfus, secrétaire général de l’Utif; Goerg, peintre; Gromaire, peintre; Jeanneret, architecte; F. Jourdain, architecte; Lipchitz, sculpteur; Le Corbusier, urbaniste; Marc Mussier, peintre; Ch. Perriand, architecte; Pignon, peintre; Mme Signac, peintre.

Texte publié dans la revue «Commune», décembre 1936.

commune.jpg