Lettre à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands (Rosa Luxemburg, 1913)

by

D’après le manuscrit original en français (Archives Guesde à l’IISG), publié dans la compilation de lettres choisies Vive la lutte! (Maspero, 1976).

Berlin-Südende, Lindenstr. 2

27-01-1913

Cher camarade,

Excusez, s’il vous plait, le retard dans ma réponse, mais j’ai dû chercher des renseignements absolument exacts pour vous servir.

Or, formellement et d’après la loi tous les employés des chemins de Fer jouissent des mêmes libertés d’association que ceux de l’industrie privée. Il n’y a point de législation spéciale concernant cette catégorie des employés.

Mais – en pratique les employés des chemins de Fer sont complètement privés du droit d’association et de grève, et cela parce que le gouvernement s’arroge le droit d’interpréter la loi comme non existant pour les employés en vue de « l’intérêt général », « sûreté publique », « raison d’état ». Il y a donc une lutte continue dans les parlements et le gouvernement sur cette matière. Je vous envoie le journal officiel avec la discussion récente qui a eu lieu dans le Reichstag le 10 décembre 1912; la position du gouvernement y est représentée par le ministre Delbrück, la nôtre par le député Bauer, un membre de la commission générale des Syndicats.

Remarquer, du reste, que les chemins de Fer ne sont pas, en Allemagne, soumis à l’autorité de l’Empire, mais ils sont soumis aux états particuliers: la Prusse, la Bavière, etc. Ce qui facilite à la réaction prussienne de tenir la main sur les employés. La social-démocratie dans sa majorité s’est toujours prononcée pour le monopole de l’Empire sur les chemins de fer. La dernière résolution a été acceptée au congrès de Mayence 1900, où il y a eu une discussion assez vive entre l’aile droite et gauche du Parti. Si vous voulez, je vous enverrai volontiers le compte-rendu du congrès de Mayence, ou plutôt, je le fais en tous cas. Je suppose que vous trouverez un traducteur, sinon renvoyez-moi les documents, je les traduirai volontiers. Depuis l’échec de Vollmar à Mayence, les révisionnistes n’ont plus essayé de défendre… [fin de la lettre perdue]


Publicités

5 Réponses to “Lettre à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands (Rosa Luxemburg, 1913)”

  1. ping Says:

    http://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/article-rosa-luxemburg-le-droit-de-greve-dans-les-chemins-de-fer-sur-le-site-bataille-socialiste-44905376.html

    J'aime

  2. Entdinglichung Says:

    […] La Bataille socialiste L’« islamophobie » n’a rien à voir avec le racisme ! (Maryam Namazie, 2004)Tendre la main aux catholiques? (Marceau Pivert, 1937)Lettre à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands (Rosa Luxemburg, 1913) […]

    J'aime

  3. Neues aus den Archiven der radikalen (und nicht so radikalen) Linken « Entdinglichung Says:

    […] La Bataille socialiste L’« islamophobie » n’a rien à voir avec le racisme ! (Maryam Namazie, 2004)Tendre la main aux catholiques? (Marceau Pivert, 1937)Lettre à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands (Rosa Luxemburg, 1913) […]

    J'aime

  4. From the archive of struggle no.44 « Poumista Says:

    […] Rosa Luxemburg: Lettre à la rédaction du Social-démocrate de Copenhague (1913) * Rosa Luxemburg: Lettre à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands […]

    J'aime

  5. La nationalisation par rachat des chemins de fer (Guesde, 1911) « La Bataille socialiste Says:

    […] Lettre de Rosa Luxemburg à Jules Guesde sur les chemins de fer allemands (1913) Évaluez ceci : Share this:StumbleUponDiggRedditTwitterJ'aimeJ'aime  […]

    J'aime

Commentaires fermés


%d blogueurs aiment cette page :