1940-06 Appel du Front ouvrier international contre la guerre

Source: Mémorial de l’Insurgé. Cette version est intégrale, et suivie d’une note de Marceau Pivert. Un extrait avait été publié en annexe de Front populaire, révolution manquée / D. Guérin sans indication des coupes.

Appel du Front ouvrier international contre la guerre

Ouvriers et soldats allemands!

Nous sommes vos frères de classe et nous nous adressons à votre conscience de travailleurs.

Nos militants, groupés dans le Front ouvrier international contre la guerre, luttent, depuis le début de cette guerre, contre leur propre impérialisme.

C’est pour cela que, dans les métropoles comme aux colonies, ils se voient persécutés, condamnés, incarcérés et même exécutés par les gouvernements qui se disputent l’hégémonie mondiale.

Camarades! Nous voulons parler comme l’auraient fait vos grands disparus: Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, symboles universellement admirés du prolétariat révolutionnaire international. A aucun moment, notre voix ne s’est confondue avec celle des bandits impérialistes qui ont provoqué la guerre actuelle. Depuis le premier instant, nous sommes levés contre les impérialismes de Londres et de Paris de même que contre les dictatures sanglantes de Berlin et de Moscou.

Nous sommes le troisième camp, le camp des opprimés de tous les pays, le camp de ceux qui meurent pour rien, le camp des esclaves coloniaux que se disputent les négriers modernes, le camp des veuves et des orphelins, le camp des affamés et des miséreux,

le camp de la révolution socialiste mondiale!

C’est pourquoi nopus sommes persuadés que vous entendrez notre voix!

Votre Führer vous conduit aux plus stériles des victoires. Ses légions motorisées et ses avions de bombardement peuvent réussir, au prix des plus durs sacrifices, à réduire les nations voisines à un complet asservissement.

Mais pour combien de temps?

Le triomphe de la force brutale a toujours soulevé la haine des peuples et exalté leur volonté de délivrance. Une victoire militaire ne peut résoudre aucune des questions posées au monde moderne et ne pourrait entraîner qu’une aggravation de ses contradictions internes.

Au nom de cette vérité, nous avons combattu, en 1919, le traité de Versailles, de même que votre vieux Liebknecht avait, en 1871, combattu le traité de Francfort.

Jusques à quand, en suivant cette voie criminelle, le monde sera-t-il condamné à sortir d’une guerre pour tomber dans une autre guerre plus sanglante? Combien de générations devront-elles être encore sacrifiées à la préparation de leur propre destruction collective? Combien de savants et combien de laboratoires seront-ils arrachés aux œuvres de vie et consacrés aux œuvres de mort?

Vos victoires ne sont rien de plus que de tragiques illusions qui devront êtrre payées chèrement par l’ensemble des travailleurs du monde. Les exploiteurs capitalistes et les bureaucraties devront accentuer leur oppression afin de réparer les ruines accumulées par la guerre.

La crise économique, le chômage, les épidémies, la famine menacent tous les pays, vainqueurs et vaincus.

Votre Führer, qui vous conduit au sacrifice par millions, pourra peut-être réaliser ses ambitions, mail il vous trompe lorsqu’il vous laisse entrevoir la possibilité de coloniser les autres peuples aimant leurs libertés; car un peuple qui accepte d’en opprimer d’autres ne peut être en aucune manière un peuple libre et heureux.

Travailleurs! N’oubliez pas la leçon de 1918: les travailleurs des pays alliés, eux aussi, ont connu les fruits amers de leur "victoire"! Qui a bénéficié des dix millions de cadavres? Exclusivement certains groupes financiers.

Quel sera le résultat de votre "victoire"? Plus de richesse et de puissance pour vos maîtres; mais plus de misère et d’esclavage pour vous-mêmes!

Est-ce que la victoire alliée de 1918 a mis un terme au "militarisme prussien"? Non! Elle a engendré votre Hitler et une Allemagne plus militariste que jamais. Croyez-vous que vous puissiez obtenir d’autres résultats à l’avenir?

Soldats allemands! Est-ce que vous ne vous fatiguerez pas un jour prochain de servir passivement cette monstrueuse machine militaire qui écrase les faibles?

En face de vous combattent des ouvriers et des paysans comme vous, qui ont des épouses et des mères comme vous, et qui, comme vous, aiment leurs enfants, leur foyer, leur peuple et leur pays…

L’invasion de la Pologne, de la Norvège, de la Hollande, de la Belgique et de la France, soulève contre vous des nuées de haine qui éclateront en tempête sur la tête de vos fils…

Mais si vous le voulez, vous pouvez les transformer en un courant universel d’admiration et d’affection qui vous donnera plus de prestige que jamais aucune victoire militaire ne pourrait vous accorder:

Arrêtez le massacre!

Débarassez-vous de vos maîtres!

Tendez une main fraternelle aux ouvriers et paysans des autres pays!

Avec la fin de la guerre, imposée par ces moyens, les travailleurs de tous les pays, suivant votre exemple, briseront à leur tour le système d’exploitation qui est à l’origine de toutes les guerres et construiront, ensemble avec vous, la nouvelle Europe socialiste.

Travailleurs allemands!

Même si vous parveniez au sommet de la gloire militaire, en restant solidaires d’Hitler, vous continueriez à être seuls, entourés par un monde d’ennemis que vous ne pourriez jamais conquérir. Vous auriez contre vous la conscience universelle des travailleurs qui ne pactiseront jamais avec le triomphe de l’injustice et de la brutalité.

Mais si vous entendez notre voix, si vous vous montrez sensibles à notre appel humain, vous vous placerez immédiatement au premier rang pour l’édification d’un monde nouveau, libre d’exploiteurs, de dictateurs et de guerre.

Pour la construction des Etats-Unis socialistes des ouvriers et des paysans! Travailleurs allemands, camarades!

Avec votre dictateur, solidaires de ses crimes, piétinant vos frères dans l’espoir abominable de les réduire en esclavage…

Ou avec nous,

Avec les travailleurs révolutionnaires en lutte,

Pour le socialisme et pour la liberté…

CHOISISSEZ!

Le Front ouvrier international contre la guerre

***

Note de Marceau Pivert:

Au début de juin 1940, le Manifeste ci-dessus a été lancé par le Front Ouvrier International (Secrétaire: Marceau Pivert), composé en 1938 par les organisations suivantes:

  • Independent Labour Party (Grande-Bretagne) (Maxton, Brockway, Mac Nair),
  • Independent Labour League of America (Jay Lovestone, Bert Wolfe),
  • Parti Communiste Allemand (Opposition) (Brandler-Thalheimer),
  • Parti Socialiste Ouvrier (Allemagne) (Paul Frölich),
  • Parti Socialiste Révolutionnaire de Hollande (Sneevliet),
  • Parti Socialiste Maximaliste Italien (Mariani),
  • Parti Archéomarxiste grec (Vitte),
  • Parti Ouvrier Palestinien (Dr. Kruk) (Hachomer Hazaïr),
  • Parti Ouvrier et Paysan (France, Suz. Nicolitch, L. Vaillant),
  • Parti Socialiste Suédois,
  • Parti Ouvrier d’Unification Marxiste (P.O.U.M., Espagne) (Gorkin, Andrade),
  • Groupe Socialiste révolutionnaire indépendant belge (Vereecken),
  • Groupes socialistes révolutionnaires allemands (Neuer Weg; der Funke),
  • Bureau International des Jeunesses Socialistes Révolutionnaires (L. Weitz),
  • Centre anti-impérialiste des Colonies britanniques (Londres),
  • Bureau de Défense des peuples coloniaux (France).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 459 autres abonnés

%d bloggers like this: