Rebull (1906-1999)

Josep Rebull était le frère d’un militant connu du POUM, Daniel Rebull dit David Rey. Militant du PC espagnol puis du BOC, dont il devient permanent en 1934, il est sur la liste électorale du POUM à Tarragone en février 1936.

Pendant la Révolution, il loue des relations d’amitié et de proximité politique avec le français Gaston Davoust (chez qui il trouvera asile quelques temps en 1939) et l’américain Hugo Oehler. En 1937, secrétaire du comité local de Barcelone, il défend des positions de gauche (critique du soutien à la Généralité, mot-d’ordre de pouvoir aux conseils ouvriers…). Pendant les journées de mai 37, après avoir été retenu par des staliniens les deux premiers jours, il prend contact avec les amis de Durruti et va affirmer, plan de Barcelone à la main, sa certitude de la victoire aux dirigeants du POUM. Isolé politiquement dans son parti, il lui reste fidèle jusque dans l’exil. Pendant la guerre, il participe à la Résistance, est arrêté par la Gestapo. Membre du CE du POUM en exil jusqu’en 1953, il soutient les positions d’I. Iglesias qualifiant l’URSS de « capitalisme d’État » et finit ses jours à Banyuls-sur-mer.

TEXTES:

Voir:

A. Guillamón a publié un article en français sur Josep Rebull dans les Cahiers L. Trotsky (N°71, septembre 2000)

2 Réponses to “Rebull (1906-1999)”

  1. Un théoricien révolutionnaire : Josep Rebull (Guillamón) « La Bataille socialiste Says:

    […] Josep Rebull Cabré est né à Tivissa (Tarragone), en 190. Il s’est lancé dans les luttes sociales à l’exemple de son frère aîné, le fameux militant du POUM Daniel Rebull dit David Rey, combattant des luttes sociales de 1915 au franquisme, qui purgea au total 19 années de prison Il a subi son premier emprisonnement à onze ans, au domicile de son frère, à Barcelone, à cause de la grève générale de 1917, ce qui provoqua un énorme scandale. Il a fait des études d’expert industriel. Sous la dictature de Primo de Rivera, en 1927, alors qu’il faisait son service militaire, il a adhéré au Parti Communiste d’Espagne, à Tarragone. […]

    J'aime

  2. Josep Rebull, la voie révolutionnaire | Blog de Stéphane J. Says:

    […] points de vue révolutionnaires sur cette expérience, à commencer par ceux qui l’ont vécue. Josep Rebull, militant au cœur des Journées de mai 1937 et voix d’une « gauche » du P.O.U.M., avait […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :